Retraites : passe d'armes entre François Bayrou et Bruno le Maire sur la manière de conduire la réforme

© Eliot Blondet/POOL/SIPA

Dans un entretien accordé au journal Le Parisien  paru samedi soir, François Bayrou a mis en garde le gouvernement, et particulièrement Emmanuel Macron , contre tout « passage en force » sur la réforme des retraites, estimant qu'elle ne pouvait « se faire au détour d’un amendement » dans le budget voté à l'automne. Dans la foulée, Bruno Le Maire, le ministre de l'Économie, a répondu au patron du MoDem. « Nous ne voulons pas passer en force, nous tendons la main, nous dialoguons, nous dialoguerons jusqu’au bout. Mais cette réforme doit se faire », a-t-il expliqué auprès de BFMTV.

Lire aussi - Retraites : Emmanuel Macron et Élisabeth Borne tâtonnent encore

L'utilisation du 49.3 fait débat

Le locataire de Bercy assure que « le 49.3 n’est pas un passage en force, c’est un outil parlementaire constitutionnel ». Une passe d'armes qui a continué ce dimanche. Invité du Grand Rendez-Vous Europe 1-Cnews- Les Echosle Haut-commissaire au plan a tenu à répondre à Bruno Le Maire en affirmant que « la réforme des retraites est vitale et une nécessité pour le pays » et « qu'il y a une probabilité certaine pour qu'au bout du chemin, on doive utilise le 49.3. Peut-être qu'on peut l'éviter, mais il n'y a rien d'infamant à utiliser le 49.3. Ce qui n'est pas normal, c'est d'utiliser le 49.3 sans la préparation nécessaire », assure-t-il.

Lire aussi - SONDAGE. Retraites : 55 % des Français estiment que Macron a tort de vouloir relancer la réforme cet automne

François Bayrou réitère donc son in...


Lire la suite sur LeJDD