Retraites: la Nupes veut "réveiller l'orgueil" contre la "résignation"

"Réveillons la joie et l'orgueil" contre la "résignation": la gauche a présenté un front uni pour se lancer mardi dans la bataille des retraites en tenant un premier meeting à Paris, avec l'Insoumis François Ruffin en fer de lance.

20H40: Fabien Roussel (PCF), Boris Vallaud (PS), Marine Tondelier (EELV) et les autres responsables politiques de la Nupes s'apprêtent à prendre la parole, quand le visage d'Elisabeth Borne, sur le point d'annoncer un recul de l'âge de départ à 64 ans, apparaît à l'écran. La foule la hue copieusement.

Contraste total avec ce qui a précédé, quand le millier de personnes réunies salle Olympe de Gouge à Paris, pleine à craquer, a entonné avec fièvre une reprise de "I will survive": "Nous on veut vivre, pas juste survivre, la retraite à 60 ans, bosser mieux et moins longtemps!".

A la tribune, François Ruffin vilipende une Elisabeth Borne venue "délivrer une peine derrière son pupitre: deux ans de plus pour les caristes, camionneurs, femmes de ménage".

"C'est pour eux que ça va peser le plus dans les épaules, les genoux, alors que pour les ministres c'est un arbitrage, c'est abstrait", s'indigne-t-il. "Il faut toucher les coeurs (...), réveiller la joie, l'orgueil" contre la "résignation".

L'ensemble de la gauche, des socialistes à la France Insoumise en passant par les écologistes, a d'ores et déjà appelé à rallier la première journée de mobilisation syndicale contre la réforme, le 19 janvier.

- ZAD -

Durant le meeting, les temps de parole sont strictement limités à sept minutes car les orateurs - et les partis de gauche - sont nombreux.

La cheffe des députés insoumis Mathilde Panot mise sur les affects, évoquant "l'énergie plus réjouissante" dans la foule que "la grise mine d'Elisabeth Borne".

La patronne des Verts Marine Tondelier promet, elle, une "Assemblée nationale transformée en ZAD" (zone à défendre) et une "rue où le 49.3 n'existe pas".

Auparavant, une aide à domicile, un manutentionnaire, un employé à l'Office national des forêts et un conseiller de vente à Leroy Merlin ont dit tout le mal qu'ils pensaient de cette réforme.

"Chaque salarié charge ou décharge quatre ou cinq remorques à l'heure", raconte Mouloud Sahraoui, manutentionnaire chez Geodis. "Ces politicards sont complètement fêlés" de "vouloir nous tuer au boulot".

Dans le public, Françoise Bazire, retraitée de 74 ans, se réjouit auprès de l'AFP: "C'est bien ce mélange, des pas sont franchis". Elle "ose espérer" que la gauche soit assez forte pour épauler les syndicats.

Gaëlle Salin, 45 ans, fait la moue: "J'aimerais l'union entre syndicats et partis de gauche, mais ce n'est pas à l'ordre du jour". Car si la Nupes a bien appelé à rejoindre la mobilisation syndicale le 19 janvier, les syndicats, eux, ne soutiennent pas la marche plébiscitée deux jours plus tard par les Insoumis.

La soirée s'est conclue sur le titre "J'veux du soleil", nom d'un des documentaires de François Ruffin.

Le député de la Somme, qui cultive son indépendance au sein de LFI, était derrière ce raout organisé par son journal Fakir avec la revue en ligne Reporterre. Et ce rendez-vous a devancé le premier meeting officiel de la Nupes sur les retraites, le 17 janvier à Paris.

"Je vois bien que vous allez chercher la petite bête, mais Mélenchon (actuellement en Guyane, NDLR) a retweeté le meeting d'aujourd'hui, donc aucune ambiguïté", a assuré François Ruffin aux journalistes.

bap/sde/cbn