Grève du 19 janvier : dans la manif à Paris, l’« injustice » de la réforme des retraites sur toutes les lèvres

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

RETRAITES - La place de la République était noire de monde ce jeudi 19 janvier. Des milliers de manifestants s’étaient donné rendez-vous à 14 heures à Paris pour protester, avec les syndicats unis, contre la réforme des retraites du gouvernement qui prévoit le recul de l’âge de départ à 64 ans.

Les manifestants rencontrés par notre reporter dénoncent une réforme « injuste », comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article. « On nous annonce que c’est pour équilibrer le système des retraites, et en fait il n’y a pas de problème financier à long terme », pointe par exemple Stéphanie, une enseignante.

La réforme « va toucher surtout les métiers les plus durs », renchérit Nicolas, qui est conducteur de train à la SNCF. De nombreux corps de métiers étaient représentés dans le cortège, mais pas que. Anissa, étudiante, craint aussi la « précarité » qu’engendrerait une telle réforme.

« Qu’ils écoutent ce que les gens disent ! »

Tous espèrent qu’Emmanuel Macron, en déplacement en Espagne avec une partie du gouvernement, les entende. « Au lieu d’être à Barcelone, à profiter du soleil, qu’ils écoutent vraiment ce que les gens disent dans la rue », lance Alexandra, gardienne d’immeuble. Un appel qui ne semble pas être entendu, le chef de l’État ayant réaffirmé sa volonté d’aller jusqu’au bout de son projet « juste et responsable. »

Preuve de l’affluence dans la capitale, une grosse partie de la foule est restée bloquée plusieurs heures au point de départ. Devant l’impossibilité de rejoindre la place de la Bastille pour se rendre à la place de la Nation, lieu d’arrivée, la préfecture a été obligée de mettre en place un itinéraire bis. Des heurts ont par ailleurs éclaté vers 16 heures.

Toulouse, Lyon, Nantes, Montpellier ou encore Albertville : les manifestants étaient aussi présents dans de nombreuses villes de France. Les rassemblements se sont globalement déroulés dans le calme et les syndicats estimaient dès le début de l’après-midi que la mobilisation était « réussie ».

À voir également sur Le Huffpost :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi