Retraites: Mélenchon rend visite aux grévistes à Paris

Jean-Luc Melenchon, chef de file de la France insoumise (C) avec des cheminots Gare de Lyon à Paris le 24 décembre 2019

Paris (AFP) - Le leader de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, s'est rendu mardi matin gare de Lyon, à Paris, où convergent de nombreux militants opposés à la réforme des retraites, et où il a suggéré la création d'"une sorte de comité national d'action".

Un "repas des grévistes" organisé par SUD-Rail doit se tenir à la mi-journée devant le siège de la RATP, en face de la gare de Lyon.

"Le mieux, ce serait qu'il y ait une sorte de comité national d'action où on répartisse les tâches : qu'on puisse mieux organiser l'action et surtout ne pas se laisser découper en rondelles", a lancé le député des Bouches-du-Rhône, en faisant référence aux divisions apparues lors de l'examen de la loi travail en 2016.

Il a estimé que ça n'était pas à lui "de convoquer" ce comité, "parce que ce ne serait pas compris et parce que les syndicats ont l'autorité pour faire ça". "Que les syndicats nous disent comment bien travailler avec eux, parce que dans le combat, on est complémentaire", a-t-il encore lancé.

Dans la matinée, sur France Inter, le patron de LFI avait considéré qu'avec "le plan de retraite par points, tout le monde sera perdant", et estimé que le calendrier de consultation des partenaires sociaux présenté par le gouvernement était "une comédie".

"Le plan de retraite par points, de toutes façons, tout le monde sera perdant et maintenant tout le monde le sait", a-t-il encore lancé.

Alors que Matignon a annoncé lundi que les partenaires sociaux seront reçus le 7 janvier par plusieurs membres du gouvernement sur les questions de pénibilité et de gestion de fin de carrière dans le cadre de la réforme des retraites, M. Mélenchon s'est refusé à donner une consigne aux syndicats de s'y rendre ou non.

"Je leur fais confiance et ils savent bien ce qu'il faut faire", a indiqué l'ancien ministre. "Ce n'est pas à moi de dire ce que doit être l'action syndicale, ou l'action des grévistes, elle appartient aux grévistes", a-t-il ajouté.

Mais, a-t-il encore fait valoir, "je dis au pouvoir, puisque de toute façon leur texte est prêt, tout ça est une comédie; je leur dis: +Faites bien attention, cessez de croire que les gens sont stupides, qu'ils ne sont pas capables de lire, de se renseigner, de se documenter".

Alors qu'on lui demandait si quelque chose était "négociable" dans le projet du gouvernement de réforme du système de retraite, Jean-Luc Mélenchon a répondu "non", "tant qu'on reste dans le système à points".

"Tout ça est quand même fondamentalement intrinsèquement mauvais, et donc il faut le le rejeter", a-t-il encore ajouté.