Retraites : et si l'exécutif cherchait à augmenter la population active ?

© BENOIT TESSIER / POOL / AFP

Le président de la République Emmanuel Macron défend actuellement le projet de réforme des retraites au nom de la fidélité à ses engagements formulés lors de campagne présidentielle de 2022. Le chef de l’État sortant avait alors proposé un allongement progressif de l’âge de départ à la retraite à 65 ans. Environ 9 mois après sa réélection, la première ministre Élisabeth Borne a présenté, le mardi 10 janvier, les grandes lignes du texte qui prévoit effectivement un report de l’âge légal, mais finalement à 64 ans. Selon la cheffe du gouvernement, « notre système par répartition sera alors à l’équilibre ».

Pourtant, en avril 2019, Emmanuel Macron affirmait exactement le contraire , comme ne manquent pas aujourd’hui de le rappeler les opposants à la réforme, qui ont défilé massivement sur tout le territoire le jeudi 19 janvier. En effet, le système actuel ne nécessite aucune réforme pour rester à l’équilibre, comme nous le rappelions dans un précédent article .

Projections erronées

En effet, selon les dernières estimations du Conseil d’orientation des retraites (COR) publiées en septembre 2022, le système dégageait un excédent de 900 millions d’euros en 2021 et de 3,2 milliards en 2022 . Il devrait enregistrer ensuite un déficit d’environ 10 milliards d’euros par an jusqu’en 2032.

Or, les prévisions récentes du COR ont été invalidées par la réalité : les déficits annoncés pour les années 2021 et 2022 n’ont ainsi pas été observés. De plus, les projections du COR tablent notamme...


Lire la suite sur LeJDD