Retraites : ce que l'accord entre Edouard Philippe et Laurent Berger va changer

"C'est topé", s'est félicité Edouard Philippe samedi après-midi, en petit comité. Alors que l'incertitude demeurait encore en milieu de journée sur la possibilité d'un compromis entre gouvernement et syndicats réformistes, CFDT en tête, à propos de la réforme des retraites, le scénario d'une rupture est aujourd'hui écarté. "Le gouvernement a fait un geste et nul ne peut le contester", explique au JDD le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger. Dans une lettre adressée hier après-midi aux partenaires sociaux, le Premier ­ministre s'affirme en effet "disposé à retirer" l'âge pivot à 64 ans du projet de loi. Une revendication dont Berger avait fait une "ligne rouge".

Lire aussi - Laurent Berger au JDD : "Le retrait de l'âge pivot, c'est une victoire pour tous les salariés"

Retour à la table des négociations

Philippe répond donc positivement à la proposition de ce dernier en acceptant la mise en place d'une "conférence sur l'équilibre et le ­financement du système de retraites", qui regroupera les partenaires sociaux. Celle-ci sera chargée de définir les "mesures permettant d'atteindre l'équilibre ­financier en 2027" et devra ­remettre "ses conclusions d'ici à la fin du mois d'avril 2020". Soit avant l'adoption définitive par le Parlement du projet de loi, dans lequel seront introduites ces conclusions.

Faute de consensus entre partenaires sociaux, le gouvernement "prendra par ordonnance les ­mesures nécessaires pour atteindre l'équilibre en 2027". "Je veux être parfaitement...


Lire la suite sur LeJDD