Retraites: interpellé par LR, Philippe rappelle que la Constitution lui permet d'activer le 49.3

1 / 2

Retraites: interpellé par LR, Philippe rappelle que la Constitution lui permet d'activer le 49.3

Plus les jours passent, plus le gouvernement abat son jeu au sujet du 49.3. Ce mardi à l'Assemblée nationale, lors de la séance de questions d'actualité, le Premier ministre Édouard Philippe a été accusé par l'opposition de vouloir faire adopter la réforme des retraites en première lecture sans vote. Et de priver ainsi les parlementaires de leur capacité à débattre

"Une seule question se pose aujourd'hui. Allez-vous, en matière de retraites, utiliser le 49.3, oui ou non", l'a interpellé très succinctement le président du groupe Les Républicains, Damien Abad. 

Rappelant l'engagement d'Emmanuel Macron et de la majorité à mettre en place un "système universel de retraites", le locataire de Matignon a raillé l'excessif temps consacré par l'Assemblée nationale à triturer certains aspects secondaires de la réforme. 

"Le temps passé à ces échanges ne me paraît pas porter sur le sens profond d'une réforme ambitieuse, (...) si au bout de très nombreuses heures de débat, nous constatons que ce n'est pas possible, alors la Constitution (...) autorise, le cas échéant, le Premier ministre à utiliser un article, le 49.3", a développé Édouard Philippe.

"Le fait majoritaire, ça existe"

Citant les exemples d'Édouard Balladur et Jean-Pierre Raffarin, qui respectivement en 1993 et en 2003 ont fait usage du 49.3 pour couper court à de l'obstruction parlementaire, le Premier ministre a fait comprendre qu'il n'hésiterait pas à "prendre...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi