Retraites : Hollande évoque une réforme "bien mal préparée, bien mal présentée, bien mal construite"

Sur France 2 jeudi, l'ex-président de la République a évoqué la réforme des retraites, estimant que le gouvernement doit apporter aux Français des "garanties" sur leurs futures pensions.

"Il ne peut pas y avoir de réforme des retraites sans justice", a fait valoir jeudi l'ex-président de la République François Hollande, estimant que le gouvernement doit apporter aux Français des "garanties" sur leurs futures pensions. Interrogé sur France 2 pour savoir si la réforme devait être suspendue, il a estimé qu'à partir du moment où elle a été "bien mal préparée, bien mal présentée, bien mal construite et aujourd'hui bien mal comprise", "le mieux serait de redonner aux Français les explications nécessaires et les garanties".

"Aujourd'hui il n'y a pas les garanties qui permettent de dire à chacun quelle sera sa retraite demain", a-t-il ajouté.

Voir aussi : Dans son dernier livre, François Hollande s'adresse aux adolescents

Interrogé par ailleurs sur le souhait d'Emmanuel Macron de se concentrer pour la fin du quinquennat sur l'écologie, mais aussi les sujets régaliens (autorité de l'Etat), François Hollande a estimé que "l'ordre républicain, la sécurité", doivent être "au coeur d'un mandat présidentiel", et pas seulement "pour deux ans" ou "pour préparer je ne sais quelle campagne".

"Il est préférable de savoir de quoi on parle (...), de savoir qui sont les Français; ça s'appelle le respect"

"Pourquoi cette priorité arriverait-elle aujourd'hui? Ça veut dire qu'elle n'aurait pas été assurée avant ?", a-t-il demandé.

Quant aux propos ironiques d'Emmanuel Macron devant les députés LREM mardi soir les appelant à "être fiers d'être des amateurs quand on voit les résultats qu'ont obtenus les soi-disant professionnels de la politique", l'ex-président a fait valoir qu'en politique, "il est préférable de savoir de quoi on parle (...), de savoir qui sont les Français; ça s'appelle le respect".

Lire aussi : François(...)


Lire la suite sur Paris Match