Retraites: Hidalgo répond à l'appel de Roussel à fermer les mairies le 31 janvier

La maire (PS) de Paris Anne Hidalgo a annoncé jeudi qu'elle rejoignait l'appel lancé par le patron du PCF Fabien Roussel à fermer symboliquement les mairies le 31 janvier par solidarité avec la mobilisation contre la réforme des retraites.

"Je réponds à son appel" des "mairies solidaires", a affirmé sur France 2 Mme Hidalgo.

"Bien sûr il y a des services publics qui doivent continuer, je pense à l'état civil, mais l'Hôtel de Ville de Paris sera mairie solidaire le 31 en solidarité avec le mouvement social, la situation est beaucoup trop grave", a-t-elle ajouté, estimant que la réforme du gouvernement était "injuste et injustifiée".

Concrètement, l'Hôtel de Ville restera fermé au public toute la journée, ainsi que l'exposition "Capitale(s)" sur l'art urbain, et deux affiches "Mairie solidaire avec le mouvement social" seront installées sur la façade, a précisé la Ville à l'AFP. Seule la "halte femmes" pour les femmes sans abri sera accessible.

Une "large invitation" à se mettre en télétravail est par ailleurs lancée aux agents non grévistes.

La décision de fermer ou non les mairies d'arrondissement est en revanche laissée à la libre appréciation de chacune d'entre elles. Dans ces dernières, l'état civil restera toutefois ouvert et les mariages continueront d'être assurés.

Le secrétaire national du PCF Fabien Roussel avait proposé mardi une "opération maires solidaires" pour permettre aux agents de la fonction publique de participer à la journée de mobilisation.

Saluant la "détermination du peuple français pour faire reculer le gouvernement", le député du Nord s'est réjoui jeudi sur LCI du succès de son appel "aux maires de France pour qu'eux aussi ils s'engagent dans la bataille" en fermant leur mairie symboliquement deux à trois heures, le temps pour leurs agents de pouvoir participer aux manifestations.

"J'entends des maires d'Ile-de-France, du Nord, du Pas-de-Calais, du Sud, en Gironde dire: nous rejoignons cet appel des maires solidaires parce que nous aussi on en a ras-le-bol avec des dotations qui baissent, avec des factures qui augmentent et maintenant ce qui tombe sur nos agents communaux", s'est-il félicité.

A Bonneuil-sur-Marne (Val-de-Marne) par exemple, le maire de la commune Denis Öztorun Ömür a décidé de fermer symboliquement son hôtel de ville.

Après la mobilisation du 19 janvier, qui a vu de 1 à 2 millions de personnes, selon les sources, manifester contre la réforme des retraites, les syndicats espèrent faire au moins aussi bien mardi.

el-hdu/pa/ybl