Retraites : « Les femmes et leur maternité, c’est l’angle mort de la réforme », notent les sénateurs LR

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Retraites: «Les femmes et leur maternité, c’est l’angle mort de la réforme», notent les sénateurs LR

Erreur de communication ou franchise coupable ? Le résultat est le même. Lundi 23 juillet, dans l’émission Audition publique, de Public Sénat, LCP-AN, en partenariat avec Le Figaro Live, Franck Riester a embarrassé sa majorité et braqué ses seuls alliés dans la bataille de la réforme des retraites.

Le ministre des Relations avec le Parlement, a en effet, maladroitement confirmé les enseignements d’une étude d’impact selon laquelle les femmes subiront un report moyen de leur âge de départ à la retraite de sept mois, contre cinq mois pour les hommes.

« On demande un effort à tout le monde y compris aux femmes »

« Les trimestres par enfant ne jouent pas sur le report de l’âge, ils jouent sur la durée de cotisation » […] Les femmes pour atteindre leur durée de cotisation utilisent notamment des trimestres validés par enfant […] Evidemment si vous reportez l’âge légal (à 64 ans), elles sont un peu pénalisées. On ne disconvient absolument pas », a admis Franck Riester avant d’enfoncer le clou : « On n’a jamais dit que tout le monde était gagnant. On demande un effort aux Français pour pouvoir équilibrer notre système de retraite. On demande un effort à tout le monde y compris aux femmes ».

Le ministre a, certes, bien rappelé les mesures de compensation qui vont bénéficier aux femmes, telles qu’une revalorisation des plus petites pensions, la prise en compte des congés parentaux dans le calcul de la durée de cotisation ou encore l’âge d’annulation de la décote maintenu à 67 ans, mais le mal est fait. Et l’ambition de rassembler sur cette réforme une majorité de parlementaires Renaissance et LR, prend du plomb dans l’aile.

« Nous attendons que le gouvernement fasse preuve d’ouverture »

Les sénateurs LR, qui soutiennent pourtant l’esprit de la réforme, appellent le gouvernement à se « remettre au travail », selon les termes de Jérôme Bascher qui a déjà indiqué, qu’en l’état, il ne voterait pas la réforme. « C’est (...) Lire la suite sur Public Sénat

Les socialistes au bord de la crise de nerfs avant le congrès de Marseille

Nouveaux réacteurs : le Sénat vote la fin de l’objectif de réduction à 50 % de la part du nucléaire dans le mix électrique

Retrait de l’armée française au Burkina Faso : « La pression mise par la Russie et sa milice Wagner pour nous chasser a fini par payer »

Parti socialiste : « Il y a des professionnels de la déstabilisation autour de Nicolas Mayer-Rossignol », tacle Olivier Faure

Rapatriement des familles de djihadistes : « Le temps des États et de la justice est une violence supplémentaire », juge un avocat spécialiste des droits de l'Homme