Retraites: il faut plus de pédagogie, "réfléchir à des améliorations", affirme Bayrou

Le président du MoDem, François Bayrou, a demandé dimanche au gouvernement de faire plus de pédagogie et de "réfléchir à des améliorations" de son texte sur les retraites pour convaincre les Français, majoritairement opposés à la réforme d'après les sondages.

"Les arguments n'ont pas été clairement donnés à tous les Français", a estimé M. Bayrou sur BFMTV.

Le système de retraites est "subventionné à hauteur de plus de 30 milliards" et "la situation va se détériorer entre 10 et 15 milliards", a assuré le président du MoDem, qui soutient le report progressif de l'âge de départ à 64 ans, prôné par l'exécutif. "Est-ce qu'on peut vivre sans réforme des retraites?".

Ce n'est pas une réforme "faite pour des intérêts idéologiques", a encore plaidé le Haut-Commissaire au plan, allié d'Emmanuel Macron.

Lors du débat parlementaire, il faudra toutefois réfléchir à "des améliorations, des précisions sur le texte", a-t-il estimé, citant notamment la question du "financement" de la revalorisation des pensions les plus modestes.

68% des Français restent opposés à la réforme, selon un sondage Ifop pour le JDD paru dimanche. Et des responsables syndicaux et politiques ont exhorté "à déferler dans la rue" le 19 janvier, première journée de mobilisation contre le texte.

François Bayrou s'est dit favorable à "une clause de revoyure" pour voir où "se trouvera le financement dans quatre ans".

Il a également plaidé pour "une nouvelle gouvernance de notre système de retraites" et a pris exemple sur les retraites du secteur privé, estimant que "les syndicats de l'Agirc-Arrco ont pris les décisions nécessaires pour équilibrer leur système".

M. Bayrou a, enfin, réitéré sa proposition de l'inclusion dans la réforme d'une hausse des cotisations patronales, repoussée par le gouvernement.

sde/caz/sp