Retraites: Pour Elisabeth Borne, "il n'y a plus aucune raison que la grève se poursuive"

Au lendemain de la déclaration d'Edouard Philippe, la ministre de la Transition écologique a jugé qu"il n'y avait "plus aucune raison" que la grève contre la réforme des retraites "se poursuive".

La ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne a jugé dimanche qu'il n'y avait "plus aucune raison" que la grève contre la réforme des retraites "se poursuive", au lendemain du retrait de l'âge pivot de 64 ans proposé par le Premier ministre aux partenaires sociaux.

La ministre, également en charge des Transports, s'exprimait lors de l'émission BFM Politique en partenariat avec journal Le Parisien. L'annonce samedi d'Edouard Philippe a été bien accueillie par les syndicats réformistes, tandis que les opposants écartent l'idée d'une fin rapide du conflit.

"Il n'y a plus aucune raison que ce mouvement de grève se poursuive. Dès le mois de décembre, on avait donné [aux agents de la SNCF et de la RATP, NDLR] des garanties fortes sur la transition entre régime spécial et le futur système universel. Aujourd'hui, un compromis a été trouvé avec les organisations syndicales qui sont dans le dialogue, et tout le monde aspire à retrouver une vie plus facile", a estimé Elisabeth Borne.

Elle a répété à plusieurs reprises qu'"il n'y a plus aucune raison que ce conflit se poursuive": "il y avait des préalables, ces préalables ont été levés", a ajouté la ministre.

"La CFDT et l'UNSA souhaitent maintenant se mettre au travail dans le cadre de la convention sur le financement qui a été proposée par Laurent Berger", le secrétaire général de la CFDT, "on a quelques mois mois pour trouver une solution", a résumé Elisabeth Borne.

Elle est également revenue sur "des actes de malveillance qui peuvent être dangereux" et que "la loi réprime", citant en exemple "des blocs sur les voies" SNCF ou encore des coupures d'électricité: "la SNCF porte plainte, EDF porte plainte, cela me semble tout à fait normal", a-t-elle estimé.

Également(...)


Lire la suite sur Paris Match