Retraites : ce que changerait la réforme pour les salariés de l'énergie

© STEPHANE FERRER / HANS LUCAS / HANS LUCAS VIA AFP

La réforme des retraites  du gouvernement, dont les syndicats demandent le retrait , changerait la donne pour les 136.000 salariés des industries électriques et gazières (IEG), à commencer par ceux d'EDF ou d'Engie. Voici les principaux changements prévus.

 

>> LIRE AUSSILa réforme des retraites va pousser 50.000 personnes à «décaler leur départ» cette année

Fermeture du régime spécial pour les nouveaux recrutés

En cas de vote de la loi, à partir du 1er septembre, les agents qui seront recrutés seront affiliés à la caisse de retraite du régime général (Cnav), au lieu de cotiser à une caisse de retraite spéciale (Cnieg). Pour leur retraite complémentaire, ils cotiseront à l'Agirc-Arrco comme les autres salariés du privé.

Le gouvernement estime que l'existence de ce régime spécial, tout comme celui de la RATP, des clercs de notaire, de la Banque de France ou du Conseil économique, social et environnemental, "n'apparaît plus justifiée au regard des principes d'équité et d'universalité" et qu'il faut poursuivre l'harmonisation entamée avec la suppression du régime spécial des cheminots en 2020.

Des cotisations retraite plus élevées

Pour les nouveaux embauchés, cela signifie qu'ils devront davantage cotiser pour leur retraite. En effet, le montant de leurs cotisations sera calculé sur une assiette élargie incluant, non pas le seul salaire comme c'est le cas aujourd'hui, mais aussi les primes, bonus et autres éléments variables qui représentent pour certains agents une part ...


Lire la suite sur Europe1