Retraites : la CGT organise une descente aux flambeaux à Marseille

A l'appel de la CGT, une descente aux flambeaux s'est tenue à Marseille mardi 17 janvier.  - Credit:NICOLAS TUCAT / AFP
A l'appel de la CGT, une descente aux flambeaux s'est tenue à Marseille mardi 17 janvier. - Credit:NICOLAS TUCAT / AFP

À deux jours d'un mouvement social national contre la réforme des retraites, la CGT a pris une longueur d'avance à Marseille. Mardi 17 janvier, environ 500 personnes ont défilé lors d'une marche aux flambeaux sur la Canebière, artère emblématique du centre de Marseille. « On veut commencer à donner le ton », soutient Magali Escot, secrétaire administrative de 48 ans. « Ce n'est pas en une seule journée qu'on arrivera à obtenir le retrait de cette réforme indigne et illégitime », poursuit-elle.

Elle critique notamment le relèvement de l'âge légal de la retraite à 64 ans et la revalorisation du minimum de pension à 1 200 euros brut, qui s'appliquera pour les carrières complètes « alors que quasiment aucune femme n'a une carrière complète ».

Derrière une grande banderole qui dénonce la « casse » sociale attribuée au gouvernement et au patronat, Olivier Mateu, secrétaire général de l'union départementale de la CGT Bouches-du-Rhône et candidat à la tête du syndicat au niveau national, est le premier à allumer son flambeau. « C'est un tour de chauffe avant jeudi », assure-t-il, prévoyant « des dizaines de milliers de grévistes dans le pays ».

« Au revoir la réforme »

La mobilisation devrait en effet être importante, notamment dans les transports et l'éducation. « Ce sera un jeudi de galère », a anticipé mardi le ministre délégué chargé des Transports Clément Beaune, invitant au « télétravail quand c'est possible ». Le gouvernement met en avant le poids des retraites [...] Lire la suite