Retraites des avocats: "Ce n'est pas négociable", tonne Belloubet

Astrid de Villaines
Nicole Belloubet, garde des Sceaux, invitée de Public Sénat le 24 janvier 2020

POLITIQUE - Elle n’entend pas lâcher et le fait savoir. Invitée de Public Sénat ce 24 janvier, Nicole Belloubet a réaffirmé sa volonté de faire entrer les avocats dans le régime universel de retraites souhaitée par le chef de l’État.

“Il y a un malaise dans cette profession”, reconnaît d’entrée de jeu la ministre de la Justice qui se dit “prête à travailler avec eux sur différents paramètres liés à l’avenir de la profession”. La Garde des Sceaux cite notamment la hausse des cotisations prévue par le futur régime; elles passeraient en effet de 14% à 28% pour les robes noires. 

“Tous les Français doivent l’intégrer”

Mais donc, pas question de lâcher sur le sacro-saint régime universel, promesse de campagne du candidat Macron. “Tous les Français doivent l’intégrer et les avocats aussi”, insiste la ministre, oubliant un peu vite le nombre de professions qui ont obtenu des aménagements à ce régime universel qui ne sera donc pas le même pour tous.

La ministre use même d’un ton assez ferme face à leur revendication de conserver leur régime indépendant: “Ce n’est pas négociable. C’est contradictoire avec l’idée de régime universel”, ferme-t-elle la porte, avant de tempérer: “Mais j’entends leurs inquiétudes sur la baisse des pensions et la hausse des cotisations”.

Afin de rassurer une profession très en colère depuis le début du conflit, Nicole Belloubet a assuré que “jusqu’en 2029, la hausse sera compensée par une baisse des cotisations hors retraites. Le Premier ministre s’est engagé là-dessus”. Après 2029, en revanche, personne ne peut le dire. 

À voir également sur Le HuffPostLes avocats protestent en chanson contre la réforme des retraites

LIRE AUSSI...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post