Retraites : en 2010, le Ministre du Travail, Olivier Dussopt, n’aurait pas été d’accord avec sa réforme

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

POLITIQUE - Il y a 12 ans, il ne se serait sans doute pas imaginé dans ce rôle. Olivier Dussopt, ministre du Travail, est en première ligne pour porter la réforme de retraites voulue par Emmanuel Macron. Un texte qui doit repousser l’âge légal de départ à la retraite à 64 ou 65 ans, selon les annonces qui seront faites par la Première ministre Elisabeth Borne mardi 10 janvier.

Si Olivier Dussopt défend aujourd’hui une réforme qu’il juge nécessaire à l’équilibre du système de retraites, il n’était pas du même avis en 2010, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article.

À l’époque, l’opposition est vent debout contre le gouvernement Fillon qui souhaite fixer progressivement l’âge de départ à la retraite à 62 ans, contre 60 ans. Et parmi les opposants, on compte alors Olivier Dussopt, jeune député socialiste.

Un recul de l’âge de la retraite « doublement injuste »

Le 4 mai 2010, ce dernier interpelle le Premier Ministre François Fillon pendant la séance des questions au gouvernement à l’Assemblée nationale. « Cette volonté de reculer l’âge de la retraite est doublement injuste, lance-t-il dans l’hémicycle, avant d’avancer des arguments qui sont aujourd’hui ceux que l’on retrouve dans la bouche de ses opposants de la Nupes.

« Elle écarte d’emblée la recherche d’autres recettes, notamment la mise à contribution de l’ensemble des revenus et en particulier de ceux issus du capital, » avance-t-il à l’époque. « Ils veulent faire des économies sur notre système de retraite pour financer les cadeaux qu’ils ont fait ces dernières années aux plus riches », explique aujourd’hui l’eurodéputée LFI Manon Aubry.

« Entre les niches fiscales et le bouclier du même nom, beaucoup pourrait être fait pour que l’effort ne porte pas une fois de plus sur les seuls salariés », ajoutait Olivier Dussopt le 4 mai 2010. Tout ce que lui reprochent aujourd’hui ses opposants.

À voir également sur le HuffPost :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi