Retraites: Édouard Philippe défend une réforme "nécessaire"

L'ancien Premier ministre Edouard Philippe le 28 juin 2022 à Paris - Thomas COEX © 2019 AFP
L'ancien Premier ministre Edouard Philippe le 28 juin 2022 à Paris - Thomas COEX © 2019 AFP

"La réforme est nécessaire et mieux vaut la faire vite que lentement." Édouard Philippe, ancien Premier ministre d'Emmanuel Macron, a accordé une interview au journal Le Point, qui sera publiée jeudi, à propos de la réforme des retraites présentée ce mardi soir par Élisabeth Borne.

L'âge légal de départ à la retraite atteindra 64 ans en 2030, contre 62 ans aujourd'hui, selon la réforme qui prévoit aussi d'accélérer l'allongement de durée de cotisations, avançant à 2027 l'exigence de 43 années de cotisations pour une pension à taux plein au lieu de 2035.

Un projet que le groupe Horizons, fondé par Édouard Philippe en octobre 2021, défendra au Parlement.

"Horizons soutiendra tout ce qui va dans le sens de plus de travail pour garantir plus de prospérité et plus de solidarité", a déclaré l'ancien Premier ministre.

Il a toutefois apporté une condition à ce soutien: la réforme doit "garantir un retour à l'équilibre". C'est ce qu'a promis Élisabeth Borne ce mardi. Elle envisage de ramener le système de retraite à l'équilibre à la fin de la décennie.

La "crispation nationale" attendue

En 2019, le maire du Havre avait lui-même réussi à inscrire l'âge pivot à 64 ans dans la réforme défendue par Emmanuel Macron. Abandonné à l'annonce du premier confinement en 2020, le projet avait suscité de très nombreuses contestations sociales à travers le pays.

"Les retraites, c'est une longue et triste crispation nationale", a confié Édouard Philippe à nos confrères.

D'ailleurs, plusieurs organisations syndicales ont déjà appelé à descendre dans la rue, tout comme certains groupes politiques. Lundi soir, sur BFMTV, Manuel Bompard, élu insoumis, a déclaré: "La bataille commence." "C'est dans la rue que ça va se passer", a-t-il tranché.

Article original publié sur BFMTV.com