Retraite minimum : vers une hausse plus élevée que prévu ?

Olivier Dussopt a évoqué trois mesures « incontournables » en vue de la réforme des retraites. - Credit:ARTHUR NICHOLAS ORCHARD / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

Dans une interview aux « Échos », le ministre du Travail indique que le gouvernement souhaite aller « au-delà des 1 100 euros pour la retraite minimum ».

À la veille de l'ouverture du deuxième cycle de concertation sur la réforme des retraites, le ministre du Travail Olivier Dussopt annonce dans un entretien aux Echos, lundi 14 novembre, que le gouvernement compte « aller au-delà de 1 100 euros » de « retraite minimum pour une carrière complète ». Soit « autour des 85 % du Smic net », ce qui correspondrait environ à 1 130 euros. C'était une des promesses de campagne d'Emmanuel Macron. Le gouvernement entend ainsi donner un coup de pouce financier au montant de la retraite minimum. « Au vu de l'inflation et de la revalorisation du Smic, nous comptons aller au-delà de 1 100 euros », indique-t-il. Le ministre du Travail veut permettre « à environ 25 % des nouveaux retraités d'avoir une pension plus élevée », assure-t-il.

Lundi 14 novembre, le ministre du Travail a également présenté les trois mesures « incontournables » en vue de la réforme des retraites : index senior ou équivalent, droit à la reconversion pour les salariés les plus exposés et la prise en compte de certains facteurs de pénibilité.

Les régimes spéciaux touchés par la réforme

Olivier Dussopt détaille par ailleurs les régimes spéciaux qui seront concernés par la réforme, citant « ceux des industries électriques et gazières, de la RATP voire celui de la Banque de France ». Pour ces régimes, le gouvernement « privilégi(e) la clause du grand-père, sur le modèle de la SNCF, qui a fermé l'accès au régime spécial pour les nouveaux agents ». Il ne doute [...] Lire la suite

VIDÉO - Grève du 10 novembre : Nouvelle mobilisation pour la hausse des salaires