Le retrait de l'Otan d'Afghanistan dépendra du niveau de violences

par Robin Emmott
·1 min de lecture
LE RETRAIT DE L'OTAN D'AFGHANISTAN DÉPENDRA DU NIVEAU DE VIOLENCES

par Robin Emmott

BRUXELLES (Reuters) - Les taliban doivent faire davantage pour respecter les termes de l'accord de paix conclu l'an dernier avec les Etats-Unis afin de permettre un éventuel retrait de troupes étrangères d'Afghanistan avant la date butoir fixée à mai prochain, a déclaré lundi le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg.

Les ministres de la Défense de l'Alliance atlantique ont prévu de s'entretenir cette semaine sur le respect par les insurgés de l'accord de paix, lequel prévoit que ceux-ci réduisent leurs attaques en échange d'un retrait des troupes étrangères d'ici le 1er mai.

"Nous constatons qu'il est toujours nécessaire pour les taliban de faire davantage pour tenir leurs engagements (...) afin de garantir qu'ils rompent tous les liens avec des terroristes internationaux", a dit Jens Stoltenberg.

Les attaques en Afghanistan, dont un attentat à la bombe dans lequel le gouverneur adjoint de la capitale Kaboul a été tué en décembre dernier, ont poussé des membres du Congrès des Etats-Unis et des ONG à appeler à un report du retrait des troupes américaines décidé par l'ancien président Donald Trump.

Quelque 9.600 soldats de l'Otan, dont 2.500 soldats américains, sont déployés en Afghanistan dans le cadre d'une mission de formation et d'encadrement des forces de sécurité locales.

Le mois dernier, quatre hauts représentants de l'Otan ont déclaré à Reuters que les troupes internationales resteraient en Afghanistan au-delà de la date butoir de mai, quand bien même les taliban demandent un retrait total des soldats étrangers.

(version française Jean Terzian, édité par Jean-Stéphane Brosse)