Retrait de la grenade GLI-F4 : "Ce n'est pas un vrai changement, c'est une annonce politique", estime l'ONG chrétienne Acat

franceinfo

"Ce n'est pas un vrai changement, c'est une annonce politique", estime lundi 27 janvier sur franceinfo Marion Guemas, responsable des programmes police-justice au sein de l'ONG Action des chrétiens pour l'abolition de la torture (Acat). Elle réagissait à l'annonce par le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, du retrait de la grenade GLI-F4, une arme intermédiaire utilisée par les forces de l'ordre régulièrement accusée de causer des mutilations. "Cette grenade est déjà remplacée depuis 2018 par une autre grenade, qui contient une charge pyrotechnique dont on ne connaît pas exactement la composition et qui, a priori, produit les mêmes effets que la GLI-F4", souligne Marion Guemas, qui appelle la France à "s'interroger sur la nécessité d'avoir un tel dispositif, qui est largement décrié et qui, par moments, peut aussi induire de la violence".

franceinfo : Etes-vous satisfaite par l'annonce du retrait de la GLI-F4 ?

Marion Guemas : C'était une demande de l'Acat. Mais on est quand même un peu circonspects sur cette annonce, car ce que Christophe Castaner n'a pas précisé, c'est que ces grenades sont en rupture de stock puisque le fabricant Alsetex refuse d'en produire depuis 2014 après un accident qui a coûté la vie à l'une de ses employés. On arrive à l'épuisement des stocks de cette grenade, donc quoi qu'il arrive, (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi