Retrait des forces russes de Kherson: un vrai coup dur pour Vladimir Poutine?

Le ministre russe de la Défense a ordonné mercredi le retrait de ses forces dans la région ukrainienne de Kherson qui pourrait constituer un cinglant revers pour Vladimir Poutine.

Sergueï Choïgou a annoncé ce mercredi à la télévision que les forces russes allaient se retirer de la rive droite du fleuve Dniepr, dans la région ukrainienne de Kherson, qui inclut la capitale régionale du même nom.

Il s'agit de la seule capitale régionale dont Moscou a pu revendiquer la conquête. Kherson ayant constitué la principale prise russe, après la conquête de la ville dans les premiers jours de l'offensive contre l'Ukraine.

"C'est évidemment un échec majeur mais ce n'est pas une surprise", a commenté Michel Goya, consultant défense pour BFMTV, qui confirme que "la décision finale a été prise par Vladimir Poutine lui-même".

En effet, ce repli s'ajoute à celui de la région du Kharkiv en septembre. Même si Kiev ne voit "aucun signe" de retrait, pour le consultant, "il y aura un repli, c'est désormais acté".

Ce constat d'échec, que beaucoup ont pu anticiper, est partagé sur notre antenne par Julien Vaïsse, historien, fondateur et directeur général du Forum de Paris sur la Paix: "C'est une des étapes de la guerre, mais je ne pense pas que ce soit un tournant. On voit les Russes reculer depuis l'été."

Quel est l'objectif du Kremlin ?

Il reste cependant peu probable que le Kremlin reconnaisse un repli de son armée à cause d'une défaite. "En général dans la tactique militaire, le recul, ça ne veut rien dire du tout. Cela peut être le recul aujourd'hui, mais une contre-offensive demain", avait déclaré il y a plusieurs semaines Alexander Makogonov, le porte-parole de l'ambassade de Russie, sur BFMTV.

L'amiral Alain Coldefy, ancien inspecteur général des armées et ancien chef d'état-major adjoint français, a analysé sur BFMTV l'ambition de Vladimir Poutine derrière ce repli militaire, qu'il perçoit comme un "pseudo camouflage de défaite".

"Les Russes s'inscrivent dans le temps long. Cela ne doit pas cacher la défaite sur le terrain depuis quelques semaines mais Poutine a décidé de continuer la guerre, d'aller jusqu'au bout, d'engranger des victoires pour se retourner vers son peuple et dire 'on a gagné'", a-t-il décrit.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - La situation sur le front est "difficile", reconnaît Volodymyr Zelensky