Un retraité bientôt jugé pour avoir tué puis démembré sa compagne

·2 min de lecture
DAMIEN MEYER / AFP

La famille "attend, avec beaucoup d'espoir, un certain nombre d'explications de la part de l'accusé" lors du procès dont la date n'est pas encore connue, a réagi Me Anne Bouillon, avocate du fils de la victime.

Un retraité de 69 ans sera prochainement jugé pour avoir tué sa compagne, dont le corps avait été retrouvé démembré et calciné dans un bois de Vernouillet (Yvelines) en 2017, a appris l'AFP dimanche de source proche du dossier. L'homme a été renvoyé, le 18 mars dernier, pour meurtre sur conjoint et atteinte à l'intégrité d'un cadavre devant une cour d'assises à Versailles. Contactée, son avocate n'a pas souhaité commenter à ce stade.

La famille "attend, avec beaucoup d'espoir, un certain nombre d'explications de la part de l'accusé" lors du procès dont la date n'est pas encore connue, a réagi Me Anne Bouillon, avocate du fils de la victime. Cette affaire est "emblématique" des féminicides, "c'est-à-dire que les femmes meurent en silence", a-t-elle dénoncé.

Le 31 août 2017, des morceaux de corps brûlés étaient retrouvés sur un chemin pédestre de Vernouillet, à une quarantaine de kilomètres à l'ouest de Paris. Il faudra deux ans aux enquêteurs pour les identifier: ils appartiennent à une sexagénaire, signalée disparue par son compagnon le 16 octobre 2017. Son ADN, retrouvé au domicile du compagnon à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), sur une brosse à cheveux, permet le rapprochement.

L'accusé aurait simulé des preuves de vie pendant plus d'un an

L'identification a été d'autant plus compliquée que le compagnon est accusé d'avoir simulé des preuves de vie: SMS, retraits bancaires... Pendant un an et quatre mois, plus de 28.000 euros ont été débités du compte de la défunte, d'après des éléments de la procédure. L'homme a fait des premiers aveux, avant sa mise en examen et son placement en détention provisoire le 17 octobre 2019. Il a raconté avoir étranglé sa compagne chez lui, assurant que celle-ci était violente et(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles