Espace: la fusée européenne Vega reprend son envol avec à bord le satellite Phi-Sat

Le tir de la fusée européenne Vega, initialement prévu jeudi soir depuis Kourou en Guyane, puis reporté à samedi, a de nouveau été repoussé à cause de la météo, a annoncé Arianespace. La mission du petit lanceur européen Vega est inédite, car il embarque deux technologies que l'Europe teste pour la première fois.

La 16e mission du lanceur léger Vega est loin d'être routinière : première fusée européenne à retourner en vol depuis de longs mois, elle embarque à bord plus d'une cinquantaine de satellites allant de quelques centaines de grammes à plus de 400 kilos.

C'est inédit pour cet engin qui teste donc un nouveau système pour mettre tout cela en orbite correctement.

Dans le spatial, on aime bien les sigles : ce dispositif s'appelle le SSMS et s'il fonctionne comme prévu, l'Europe sera présente sur le marché des lancements multiples de petits satellites, un marché en plein essor.

Parmi ces engins se trouve Phi-Sat, un satellite d'observation de la Terre. Il embarque un logiciel d'intelligence artificielle, c'est l'autre nouveauté de ce lancement.

Phi-Sat observera l'évolution de la végétation et de la qualité de l'eau, entre autres.
Pour cela, il va devoir prendre un nombre considérable de photos qu'il enverra ensuite sur terre pour analyse.

Mais voilà, en temps normal, une bonne partie des clichés pris par de tels satellites sont inexploitables pour une raison simple : quand il y a des nuages, on ne voit pas grand-chose. C'est là qu'intervient l'intelligence artificielle  : elle sera capable de faire le tri en orbite pour n'envoyer au sol que les données exploitables.