Le retour aux sources d’Alpine

Par Yves Maroselli
·1 min de lecture
L'Alpine A110 de l'équipage Pierre RAGUES (FRA), Julien PESENTI (FRA), ici au Rallye de Monza en décembre dernier, participe avec 4 autres A110, à l'édition 2021 du Monte-Carlo. 
L'Alpine A110 de l'équipage Pierre RAGUES (FRA), Julien PESENTI (FRA), ici au Rallye de Monza en décembre dernier, participe avec 4 autres A110, à l'édition 2021 du Monte-Carlo.

Les années 70 ont été fastes pour Alpine sur le plan sportif. Et pour cause, la première A110, surnommée « berlinette » par les passionnés, a connu d'incessants développements depuis son lancement en 1962. Très légère (moins de 700 kg) grâce à son châssis poutre minimaliste habillé d'une carrosserie en polyester renforcé de fibres de verre, la berlinette a progressivement gagné en puissance, arrivant à maturité en 1969 avec l'adoption du moteur 1,6 litre en aluminium de la Renault 16, un bloc qui sera poussé jusqu'à 190 ch en course. Car la compétition est considérée par Jean Rédélé, patron d'Alpine et lui même pilote émérite dans les années 50, comme la meilleure forme de promotion pour la marque.

Créateur d'Alpine, Jean Rédélé croyait à l'engagement en compétition pour promouvoir les qualités de ses modèles. © Alpine

Montée en puissance

1971 fut l'année de l'explosion d'Alpine sur la scène internationale avec une première victoire absolue au rallye de Monte-Carlo. © Alpine

Ainsi, la modeste mais très motivée équipe de course Alpine dirigée par Jacques Cheinisse avait commencé à faire des étincelles dès la fin des années 60, une montée en puissance qui se concrétisa par un superbe triplé lors du Monte-Carlo 1971 (Ove Andersson - David Stone, Jean-Luc Thérier ? Marcel Callewaert, Jean-Claude Andruet ? Michel Vial). Une saison riche en succès qui permettra à Alpine d'accéder à son premier titre international. Frappée par la crise du pétrole la marque de voi [...] Lire la suite