Le retour du paludisme aux Comores

franceinfo Afrique avec agences

Les Comores viennent de lancer une nouvelle campagne pour tenter d'enrayer dans leur principale île, la Grande-Comore, une inquiétante résurgence de l'épidémie de paludisme, qui menace désormais de réapparaître sur les deux autres îles du territoire. La malaria (autre nom du paludisme) est considérée comme éradiquée à Anjouan et Mohéli, mais elle progresse à nouveau depuis près de trois ans sur la troisième île de l'archipel. "La situation est dans le rouge depuis 2017", a résumé à l'AFP le Dr Affane Bacar, coordonnateur du programme de lutte contre l'épidémie.

Moroni a obtenu en 2005 une subvention de 2,4 millions de dollars du Fonds mondial contre le paludisme, la tuberculose et le sida pour éliminer la malaria.

Lancé en 2007 à Mohéli, puis à Anjouan en 2012, le programme a fait reculer le taux de la population porteuse de la maladie de 23% à 0,3% grâce à un nouveau traitement connu des spécialistes sous le nom de dihydroartémisinine-pipéraquine.

A la Grande-Comore, la campagne lancée en 2013 n'a permis de couvrir que 60% de la population, mais a fait dégringoler le nombre de cas mensuels de 5000-7000 cas à 200 en quelques mois. "On n'a enregistré aucun décès par paludisme en 2014", a rappelé à l'AFP le Dr Hafidhou Mohamed, en charge du suivi du (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi