Retour sur la Lune : la France signe les "accords Artemis" de la Nasa

Crédit NASA

Mardi 7 juin 2022, la France est devenue le 20e pays à s'associer au programme d'exploration lunaire poussé par les Etats-Unis. Plusieurs start-up hexagonales veulent s'inscrire dans ce retour annoncé d'une présence humaine sur notre satellite.

Et de 20. La France est devenue, mardi 7 juin 2022, le 20e pays à signer les "Accords Artemis", du nom du programme de la Nasa prévoyant un prochain retour d'astronautes sur notre satellite. C'est dans le cadre de ce voyage d'une femme pourra, pour la première fois, marcher sur la Lune. Le document a été signé par le président directeur général du Cnes Philippe Baptiste lors d'une cérémonie à l'ambassade de France à Washington, en présence de l'administrateur de la Nasa (et ancien astronaute) Bill Nelson.

Exploiter les ressources de la Lune, pas les accaparer

Les "Accords Artemis" réaffirment l’importance du Traité sur l’espace de 1967, notamment consacré à l'exploitation qui peut être faite de l'espace extra-atmosphérique, et justement de la Lune. L'astre est riche en effet de certaines ressources, comme l’hélium 3 (3He), - écrivait notre journaliste Sylvie Rouat dans un précédent article de Sciences et Avenir - et carburant potentiel pour la fusion nucléaire, une technologie riche de promesses mais qui n'a pour l'heure pas encore porté ses fruits. L'eau de la Lune, présente en particulier sous forme de glace au pôle sud, constitue aussi une denrée précieuse pour les futures bases installées là-bas. Avec les "Accords Artémis", les Etats signataires réaffirment le fait que ces ressources peuvent être exploitées, mais sans qu'un pays ne puisse se les accaparer.

Une maison champignon sur la Lune

Que la France prenne un rôle actif dans le retour à la Lune, cela ne devrait pas demeurer un simple symbole. Concrètement, plusieurs start-up hexagonales sont sur les starting-blocks pour proposer des "briques technologiques", qui permettrait de s'insérer dans le programme spatial impulsé par les Etats-Unis. Plusieurs étaient présentes mardi 7 juin au gala "Objectif Lune" organisé par le Cnes et l'ANRT* pour "mettre à l'honneur l'ambition lunaire européenne".

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles