Le retour de Juan Carlos en Espagne ne ravit guère les habitants

En exil judiciaire à Abu Dhabi depuis 2020, le roi émérite espagnol revient dans son pays ce jeudi 19 mai pour une brève visite. De nombreux habitants réagissent à ce retour avec mécontentement.

Juan Carlos Ier n’est plus en odeur de sainteté dans son pays. Après plusieurs accusations de corruption et d’ennuis avec le fisc, il est désormais en paix avec la justice, pour des faits qui sont prescrits, de par l’inviolabilité dont il jouissait lorsqu’il exerçait comme roi, ou parce qu’il a régularisé sa situation avec les autorités fiscales.

Père de l'actuel roi et âgé de 84 ans, Juan Carlos a pourtant tellement déçu que la majorité des habitants ne l’aiment plus. « Je ne suis pas d’accord avec ce retour », réagit Santiago, agent commercial, au micro de notre correspondant à Madrid, François Musseau. « Et s’il revient, qu'il soit jugé, car il a commis un délit. Il a fraudé et volé de l’argent au trésor public. Il a œuvré comme intermédiaire véreux pour un pays qui l’a hébergé comme roi. Ou alors qu’il ne revienne pas. »

Figure centrale de la transition démocratique après la mort du dictateur Franco en 1975, Juan Carlos, qui a abdiqué en 2014, a quitté l'Espagne pour Abou Dhabi en août 2020 après des révélations de plus en plus compromettantes. Il avait alors expliqué vouloir « faciliter » à son fils Felipe VI « l'exercice » de ses fonctions devant « les conséquences publiques de certains événements passés de (sa) vie privée ». Mais sa destination avait encore plus attisé les critiques, alors que ses liens avec les monarchies du Golfe sont au centre des soupçons sur sa fortune opaque.

« Des mensonges »

Juan Carlos aurait en effet touché des commissions millionnaire dans le cadre de contrats avec l’Arabie saoudite, argent qui aurait ensuite circulé par des comptes en Suisse. Pour la majorité des Espagnols, il n’est plus une figure morale, mais un ancien monarque tombé en disgrâce et décadent.

Certains le soutiennent néanmoins, comme Pedro, retraité. « Il est une personne libre, du point de vue de la justice, et il peut donc faire ce qu’il veut, comme n’importe quel Espagnol. Les jugements moraux appartiennent à chacun. En général, ce sont des mensonges. »

Cette visite rentre dans le cadre du « désir de Sa Majesté Juan Carlos de se rendre régulièrement en Espagne afin de rendre visite à sa famille et à ses amis » dans un cadre « privé », indique le communiqué du palais, alors que la possibilité que l'ancien monarque séjourne dans un palais officiel a suscité des critiques dans le pays. Juan Carlos se rendra d'abord à Sanxenxo, localité de Galice (nord-ouest) où se tient à partir de vendredi une régate à laquelle participera le Bribon, voilier avec lequel il a été champion du monde en 2017.

Il fera ensuite le déplacement lundi à Madrid pour rendre visite à Felipe VI, à sa femme Sofia et à d'autres membres de sa famille avant de repartir « le même jour » pour Abou Dhabi « où il a établi sa résidence de façon permanente et stable », a poursuivi le palais.

Juan Carlos a déclaré en mars qu'il maintenait sa résidence aux Émirats arabes unis, mais qu'il se rendrait fréquemment en Espagne après que les parquets espagnol et suisse ont classé sans suite une série d'enquêtes sur des fraudes présumées dans ses relations d'affaires. Juan Carlos pourrait néanmoins être jugé en Grande-Bretagne dans le cadre d'une affaire de harcèlement portée contre lui par son ancienne maîtresse.

(Et avec AFP)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles