Retour de Benzema en équipe de France : Didier Deschamps ou le sens du devoir

·1 min de lecture

Nul ne sait jusqu’où iront les Bleus lors du prochain Euro. Mais en rappelant Karim Benzema, le sélectionneur des Bleus réussit un parcours sans faute qui mérite le respect.

Dans la vie, il faut parfois avaler des couleuvres et subir des humiliations. Certains ne s’en remettent jamais, incapables qu’ils sont de dépasser le poids de l’émotion. D’autres réussissent à dépasser le sale moment, à mettre leur mouchoir sur leur douleur, car ils se savent porteurs d’une mission qui dépasse leur cas personnel. C’est ce qu’a fait Didier Deschamps en réintégrant Karim Benzema en équipe de France à la veille de l’Euro, après cinq ans et sept mois de bannissement.Pour toute explication, l’entraîneur des Bleus a déclaré : " L’équipe de France ne m’appartient pas, même si j’ai conscience de la responsabilité ". Peut-être aurait-il pu tenir ce raisonnement plus tôt et rappeler le joueur vedette du Real Madrid. Mais il lui a fallu laisser du temps au temps, ne serait-ce que pour digérer les déclarations d’un joueur bien meilleur balle au pied que devant un micro.L'affaire de la sextapeL’affaire remonte à 2015, année qui vit le natif de Bron (Rhône) appelé pour la dernière fois parmi les Bleus lors du match contre l’Arménie, le 8 octobre. Score finale : 4-0 dont deux buts de Benzema. Peu après éclatait l’affaire peu ragoûtante de la sextape dont fut victime un autre joueur de l’équipe de France, Mathieu Valbuena, aujourd’hui oublié. Ce dernier se voyait sommé de payer une somme...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Sextape, "racisme" et Marseillaise : avant le retour en Bleu de Benzema, dix ans de polémiques

Covid-19 : Sanofi de retour dans la course au vaccin

Les indiscrétions de "Marianne" : la réforme des retraites de retour à l'automne ?

Nordahl Lelandais condamné à 20 ans de réclusion pour le meurtre d'Arthur Noyer

Conflit israelo-palestinien : au moins 20 morts, dont neuf enfants