" Retirer nos bêtes serait comme enlever des enfants " : le monde du cirque se rebiffe

·1 min de lecture

Tandis que les députés examinent une proposition de loi contre la maltraitance animale, les professionnels du cirque manifestaient ce mardi à Paris pour exiger le maintien de leur activité. Reportage.

Ce mardi, huit véhicules de police bloquent la rue de l'Université, qui mène tout droit à l'Assemblée Nationale. Face à eux, deux groupes de manifestants veulent interpeller les députés. D'un côté des chauffeurs taxis, musique à fond et voitures garées, qui demandent la régulation de l'activité VTC. De l'autre, le monde du cirque avec ses camions colorés et ses banderoles.Il est à peine 12 h 30 lorsqu'une trentaine de professionnels circassiens commence à se réunir pour protester contre la proposition de loi 3661 qui vise " à renforcer la lutte contre la maltraitance animale ". En discussion à l'Assemblée nationale, cet ensemble de mesures signerait, entre autres, la fin du cirque tel qu'on le connaît, avec l'interdiction de " détenir, en vue de les présenter au public dans des établissements itinérants, des animaux des espèces non domestiques "."Une relation d'amour"" On veut garder nos traditions " s'inquiète Sacha Krosemann, 20 ans et fils d'un gérant de cirque. Le jeune homme, qui se présente comme le plus jeune dompteur d'Europe, détaille : " Les animaux naissent avec nous, on a une relation d'amour avec eux, nous les retirer serait comme enlever des enfants. Si le projet passe ce sera très dur pour nous. "Au fil des minutes, le groupe s'étoffe. Un barbecue de...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

"Notre oncle à tous" : Fishbach et les BB Brunes se souviennent de Johnny Hallyday

BB, passion argentine

Le blues des deux filles de BB King

BB ou la tentation de l’exil zoologique

La "BB cream", crème miracle ou mirage ?