« Je suis retenue en otage par un opossum » : la police appelée au secours

·2 min de lecture
L'opossum qui a attaqué l'étudiante néo-zélandaise était un jeune marsupial récemment séparé de sa mère. (Illustration)

Une étudiante d’une université néo-zélandaise a été « agressée » par un opossum alors qu’elle rentrait chez elle, rapporte le « Otago Daily Times ».

Un intrus pas comme les autres. À Dunedin, en Nouvelle-Zélande, une jeune femme a été importunée par un petit animal, qui lui a sauté dessus alors qu'elle rentrait chez elle, rapporte le Otago Daily Times. L'étudiante en troisième année à l'université, qui déchargeait sa voiture au moment des faits, s'est débattue, croyant être attaquée par un chat. C'était en réalité...un opossum. Le marsupial n'a pas abandonné si facilement et alors qu'elle s'était réfugiée dans sa véranda, il l'a poursuivie, l'empêchant de ressortir.

Les faits remontent au dimanche 14 novembre et l'histoire a fait la une de la presse néo-zélandaise. Le Otago Daily Times explique que la jeune femme a dû appeler la police pour se débarrasser du petit animal, qui se serait montré agressif. « Je suis retenue en otage par un opossum », aurait-elle dit au téléphone. Bien qu'interloqué, l'agent de police envoie une patrouille à son domicile.

L'opossum renvoyé dans une réserve naturelle

Le sergent Craig Dinnissen, accompagné par un autre policier, est arrivé sur place quelques minutes plus tard. Une intervention pas comme les autres, qu'il a racontée dans le journal néo-zélandais.

Les deux policiers ont rapidement repéré l'opossum. Il a sauté sur l'un d'eux, qui l'a ensuite assommé, avant de le placer dans une cage dans le coffre de la voiture de patrouille. Le preneur d'otage a par la suite été mis en sécurité dans une réserve naturelle, loin des humains, « pour éviter qu'il ne harcèle d'autres personnes ».

Lire la suite sur LePoint.fr

VIDÉO - Une maman opossum traverse une ligne électrique avec ses petits sur le dos :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles