Retards de livraison : l’UE pourrait attaquer AstraZeneca devant les tribunaux

·1 min de lecture

Face aux considérables retards de livraison de ses vaccins, AstraZeneca risque désormais de devoir répondre devant les tribunaux. La Commission européenne envisagerait en effet une action en justice contre le laboratoire suédo-britannique qui n’a livré qu’un quart des doses promises à l’UE au premier trimestre 2021.

Les citoyens ont beau ne pas trop en vouloir, les Etats membres comptent toujours sur AstraZeneca pour remplir leurs objectifs de vaccination. Selon des sources européennes citées par l’AFP, la Commission européenne envisage désormais de poursuivre l'entreprise devant les tribunaux pour ne pas avoir respecté les obligations du contrat signé par les deux parties.Le laboratoire n'a livré au premier trimestre que 30 millions de doses à l'UE sur les 120 millions promises contractuellement. Au deuxième trimestre, il ne compte en livrer que 70 millions sur les 180 millions initialement prévues, soit des dizaines de millions d’Européens vaccinés en moins.Cette action en justice, si elle devait se concrétiser, serait portée en Belgique, le vaccin avec AstraZeneca étant de droit belge. Pour l’instant cependant, tous les Etats membres ne seraient pas d’accord sur l'opportunité de saisir la justice. Le risque : que la confiance dans ce vaccin déjà en déficit de popularité soit encore diminuée.Des frictions avec l'AngleterreDans cette éventuelle action au civil, qui prendrait plusieurs mois, les Européens " devraient demander soit la résiliation du contrat pour non...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Johnson & Johnson "retarde le déploiement" de son vaccin vers l'Europe

Radine, naïve, en retard et chaotique : vaccination, les quatre péchés capitaux de Bruxelles

Relance : ridiculisée par les plans Biden, l’Europe prend un retard inquiétant

Seize départements confinés, un couvre-feu retardé : les annonces de Jean Castex

Santé mentale : "La stigmatisation de la schizophrénie entraîne un retard dans l'accès aux soins"