Bruno Retailleau : « Notre pays est majoritairement à droite »

Propos recueillis par Jérôme Cordelier (Avec Mégane Chiecchi pour la vidéo)
·1 min de lecture
Bruno Retailleau dans son bureau au Sénat.
Bruno Retailleau dans son bureau au Sénat.

Président du groupe LR au Palais du Luxembourg (149 membres sur 348), le sénateur de la Vendée contribue ? fortement ? à faire de la chambre haute une assemblée de contre-pouvoir au macronisme. Ce parlementaire hyperactif se bat sur tous les fronts, et s'il peine à décoller dans les sondages, il n'a pas renoncé à être le candidat de la droite à la prochaine présidentielle. Bien au contraire, il se démultiplie. Il mène la guérilla dans l'hémicycle et dans les médias contre les projets et propositions de loi de la majorité. Il s'est lancé dans un tour de France virtuel ? par visioconférence ? pour rassembler les militants, multiplie les consultations et les lectures, et vient de lancer une appli numérique « 2022 ». Bruno Retailleau est l'invité de l'entretien politique du week-end.

Le Point : Face aux variants brésiliens de coronavirus, faut-il imposer des quarantaines strictes ?

Bruno Retailleau : Bien sûr. Nous sommes engagés dans une course contre la montre. Depuis le début de cette crise, la France a toujours un temps de retard, le président de la République l'a reconnu lui-même en fustigeant les lenteurs de la vaccination. Accélérons ! Face aux variants brésiliens, les armes dont nous disposons sont bien insuffisantes. Il faut fermer les frontières, et pas seulement avec le Brésil, mais avec toute l'Amérique latine puisque l'Argentine est touchée. Et pas seulement de façon temporaire, autant que nécessaire : 70 autres variants du virus arrivent, dont cert [...] Lire la suite