À Paris, Marlène Schiappa ne pourra même pas siéger au conseil d'arrondissement

Anthony Berthelier

POLITIQUE - Il y a la vague verte, et puis la déroute du parti présidentiel. Derrière la victoire du Premier ministre Édouard Philippe au Havre ou du patron du MoDem François Bayrou à Pau, les têtes d’affiche de la majorité n’ont pas passé une bonne soirée dimanche 28 juin. 

Avec Paris, sans doute, comme plus humiliante défaite. Loin derrière Anne Hidalgo et Rachida Dati, Agnès Buzyn s’écrase entre 13 et 16% selon les différentes estimations. Tête de liste dans le 17e, l’ancienne ministre de la Santé n’a pas obtenu son siège au Conseil de Paris et sera simple conseillère d’arrondissement. Même déconvenue pour le “marcheur” dissident Cédric Villani, candidat dans le 14e.

Sèchement battues, les secrétaires d’État Marlène Schiappa et Agnès Pannier-Runacher n’obtiennent de leur côté aucun mandat. Pas même celui de conseillère d’arrondissement. Dans le 14e arrondissement, la liste de La République en marche défendue par la secrétaire d’État à l’égalité entre les femmes et les hommes (en deuxième position) termine quatrième

Avec 8,6% des voix, sa candidature termine très loin derrière celles défendues par Anne Hidalgo (48%), Rachida Dati (30%) et Cédric Villani (13%).

Le symbole d’un véritable fiasco pour La République en Marche qui n’a remporté aucune grande ville, perdu les rares hôtels de ville qu’elle dirigeait, et connu pour unique satisfaction la confortable réélection du Premier ministre au Havre. Précisons que le Premier ministre n’est pas encarté LREM.

À voir également sur Le HuffPost: L’abstention, une “grève civique” pour Mélenchon

LIRE AUSSI:

 

 

Retrouvez cet article sur le Huffington Post