Restrictions élargies à tout le pays, écoles fermées pendant trois semaines, annonce Macron

par Elizabeth Pineau et Jean Terzian
·4 min de lecture
RESTRICTIONS ÉLARGIES À TOUT LE PAYS, ÉCOLES FERMÉES PENDANT TROIS SEMAINES, ANNONCE MACRON

par Elizabeth Pineau et Jean Terzian

PARIS (Reuters) - Emmanuel Macron a annoncé mercredi un nouveau renforcement des mesures de lutte contre le COVID-19, qui passe par un élargissement à tout le pays des mesures de restrictions et la fermeture des écoles pendant trois semaines.

Dans une allocution solennelle à la télévision, le chef de l'Etat a appelé à consentir à de nouveaux efforts face à la "course de vitesse" de la propagation du virus, avant une embellie à partir de mai grâce à la vaccination.

"Si nous restons unis et solidaires, si nous savons durant les prochaines semaines nous organiser, alors nous verrons le bout du tunnel", a-t-il déclaré. "Si je m'adresse à vous ce soir, c'est pour appeler à la mobilisation de chacun pour ce mois d’avril où beaucoup se joue."

Le président a annoncé une extension à tout le pays, déjà soumis à un couvre-feu à partir de 19h00, des mesures en vigueur dans 19 départements depuis le 18 mars : fermeture des commerces non-essentiels, télétravail fortement encouragé, interdiction de se déplacer à plus de 10 kilomètres de chez soi.

Les déplacements entre régions seront tolérés durant le prochain week-end de Pâques, jusqu'au 5 avril.

L'autre annonce majeure concerne la fermeture des établissements scolaires que la France maintenait ouverts depuis septembre à la différence de nombreux pays voisins.

"Vous savez que nous avons tout fait pour prendre ces décisions le plus tard possible et au moment où elles devenaient strictement nécessaires. C’est maintenant", a expliqué le président.

Les écoles, crèches, collèges et lycées vont fermer pendant trois semaines. A compter de la semaine prochaine, les cours se feront à la maison, puis le pays entier sera placé en vacances de printemps les deux semaines suivantes, avec une rentrée programmée au 26 avril. La rentrée physique, avec des jauges, se fera le 3 mai dans les collèges et les lycées.

Les étudiants pourront quant à eux continuer à aller en cours une journée par semaine.

VACCINATION ACCÉLÉRÉE

Sur le front de la vaccination, Emmanuel Macron a confirmé l'accélération du calendrier. "Nous mettons tous les moyens pour vacciner, vacciner, vacciner", a-t-il dit.

Les plus de 70 ans peuvent actuellement se faire vacciner. Ce sera au tour des plus de 60 ans à partir du 16 avril. Les rendez-vous seront ouverts aux plus de 50 ans le 15 mai, puis mi-juin à tous les Français.

Actuellement, plus de 8,5 millions de Français ont reçu une injection, et plus de 3 millions ont reçu deux doses.

A un pays épuisé par un an de restrictions face à une pandémie qui a fait plus de 95.000 morts, le président a donné des perspectives pour l'orée de l'été.

"Dès la mi-mai, nous recommencerons à rouvrir avec des règles strictes certains lieux de culture. Nous autoriserons sous conditions l’ouverture des terrasses. Et nous allons bâtir entre la mi-mai et le début de l’été un calendrier de retour progressif pour la culture, le sport, le loisir, l’événementiel, les cafés et les restaurants", a-t-il dit.

Le ministère de l'Economie à indiqué dans la foulée que ces nouvelles dispositions se traduiraient par la fermeture de 150.000 commerces à travers le territoire, pour un coût estimé à 11 milliards d'euros.

Les mesures présidentielles seront détaillées jeudi au Parlement par le Premier ministre, Jean Castex, dont le discours sera suivi d'un débat et d'un vote dans les deux chambres.

Alors que plus de 5.000 personnes atteintes du COVID-19 sont désormais soignées dans des services de réanimation, Emmanuel Macron a annoncé une augmentation de capacité, jusqu'à 10.000 lits.

Le président, qui avait jugé jeudi dernier n'avoir "aucun mea culpa à faire, aucun remords, aucun constat d'échec", a effleuré mercredi soir l'idée d'avoir commis des "erreurs".

"Je sais qu'à chaque étape de cette épidémie nous pouvons nous dire que nous aurions pu faire mieux. Nous avons commis des erreurs, tout cela est vrai. Mais je sais une chose : nous avons tenu, nous avons appris et nous nous sommes à chaque fois améliorés", a-t-il affirmé.

(Elizabeth Pineau, Jean-Stéphane Brosse et Jean Terzian, édité par Jean-Michel Bélot)