Des restes humains découverts en 1988 appartenaient à une ado enceinte

·2 min de lecture

Les autorités de Pennsylvanie, aux Etats-Unis, ont annoncé avoir identifié des restes humains découverts en 1988. Il s’agissait d’une adolescente de 17 ans, enceinte et portée disparue des années plus tôt.

Lisa Todd était âgée de 17 ans. En 1985, cette adolescente américaine avait disparu, sans jamais que ses proches ne parviennent à la retrouver. Cette semaine, les autorités de Pennsylvanie, aux Etats-Unis, ont annoncé avoir identifié des restes humains découverts en 1988, comme lui appartenant. Le corps en décomposition avait été trouvé par un passant, le long d’une distillerie abandonnée de State Road, à Bensalem, le 24 janvier 1998.

A l’époque, la police n’avait pu donner que des détails vagues sur la personne à qui le cadavre appartenait. Il s’agissait d’après elle d’une jeune femme enceinte d’environ six mois et âgée de 17 à 23 ans. Si Lisa Todd avait 17 ans au moment de sa disparition, elle allait très prochainement fêter ses 18 ans et la police avait alors retiré son nom de la base de données du Centre national d'information sur la criminalité. Lorsque le corps a été trouvé et examiné trois ans plus tard, la police n’avait alors pu trouver aucune correspondance avec la jeune fille, rapporte le site Internet du magazine «People».

La police va enquêter

C’est, une fois de plus, les progrès de la science mais surtout de la généalogie et des analyses ADN, qui a permis aux enquêteurs d’élucider ce mystère plus de 30 ans après. Les autorités ont utilisé l’ADN trouvé sur le corps pour l’envoyer à l’entreprise, 23andMe, qui permet à chacun de retrouver des ancêtres ou des proches qui auraient eux aussi envoyé leur ADN. C’est ainsi que la police a pu réaliser un arbre généalogique et remonter jusqu’à deux membres de la famille de Lisa, à Philadelphie. Ils ont été contactés par la police et ont confirmé qu’une de leur proche avait bel et bien disparu à la fin des années 80. «Après leur avoir résumé l’affaire, j'ai dit:(...)


Lire la suite sur Paris Match