« Il restera vivant pour toujours » : les Brésiliens pleurent la disparition du « Roi » Pelé

© Marcello Zambrana / ANADOLU AGENCY / Anadolu Agency via AFP

Il était une légende du ballon rond. Le joueur Pelé s'est éteint ce jeudi à l'âge de 82 ans, au Brésil, entouré de sa famille. Une annonce qui a secoué les amateurs de foot dans le pays. "C'est une idole nationale", "il restera vivant pour toujours", déclarent-ils au micro d'Europe 1.

Il fut la première star planétaire du football. Pelé, de son vrai nom Edson Arantes do Nascimento s'est éteint à l'âge de 82 ans, à l'hôpital de São Paulo au Brésil, après avoir lutté pendant plus d'un an contre un cancer. Un deuil national de trois jours a été décrété au Brésil.

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

"Ce n'est possible"

Dans les rues des villes du pays, l'émotion se faire ressentir. "C'est une idole nationale, c'est la plus grande personnalité brésilienne. C'est même émouvant pour nous car les Brésiliens adorent le football et Pelé représente le football", explique un Brésilien au micro d'Europe 1.

"Pelé mort, ce n'est possible", explique un autre fan de foot rencontré par Europe 1. "Je me suis précipité sur les réseaux sociaux pour voir si c'était vrai et j'ai vu que tout le monde commentait sa mort. J'ai vu que les gens étaient très fiers de lui. C'est le monde entier qui le pleure, mais dans notre cœur, il restera vivant pour toujours", souligne-t-il.

Un joueur exceptionnel

Il faut dire que ses exploits resteront longtemps marqués dans l'Histoire du ballon rond. Avec 3 victoires en Coupe du monde et près de 1281 buts marqués, Pelé a explosé tous les records.

Face à l'émoi populaire, les Brésiliens pourront se recueillir dans l'enceinte du stade Urbano Caldeira, dans la ville de Santos, où la dépouille du footballeur sera exposée une dernière fois, avant d'être enterrée non loin du stade où il aura joué quasiment toute sa carrière.

...
Lire la suite sur Europe 1

VIDÉO - Décès de Pelé - Montanier : “Ça fait quelque chose quand même de voir le roi s’éteindre”