Comment rester en bonne santé dans l'espace quand on est un astronaute ?

ETX Daily Up
·2 min de lecture

De la fonte musculaire à l'exposition aux rayonnements en passant par l'impact psychologique du confinement, les voyages spatiaux mettent à l'épreuve la santé des élus heureux. Adrianos Golemis, médecin de vol de l'Agence spatiale européenne, chargé de veiller sur l'astronaute français Thomas Pesquet durant la mission SpaceX Crew-2 qui doit l'emmener vers la Station spatiale internationale (ISS) répond aux questions.

Nasa : après un an dans l’espace, l’astronaute Scott Kelly n’est plus le même

Quels sont les principaux enjeux de santé dans l'espace ?

Adrianos Golemis : Si on parle de l'orbite terrestre basse où se trouve l'ISS, la gravité est quasiment nulle, ce qui a des conséquences sur les os et les muscles. Les rayonnements sont un problème majeur parce que, ici au niveau du sol, nous sommes protégés par la magnétosphère (champ magnétique terrestre) et par l'atmosphère mais plus on s'éloigne et plus cette protection disparaît. Et bien sûr, il y a des choses que nous commençons tout juste à comprendre : par exemple, des pathologies oculaires ou des thromboses veineuses (caillots sanguins) que certains astronautes en pleine santé développent.

Quel est l'état des connaissances scientifiques actuelles sur l'exposition du corps humain à ces radiations ?

A. G. : Vous pourriez accomplir deux ou trois missions de six mois sur l'ISS probablement sans ressentir d'effet notable sur votre santé. Notre objectif est de faire en sorte que le risque de développer un cancer ne soit pas supérieur de 3 % à celui d’une personne exactement comme vous n’avez jamais participé à un vol spatial.

Adrianos Golemis est le médecin de vol de l'ESA qui veille sur l'astronaute français Thomas Pesquet durant la mission SpaceX Crew-2. © Issam Ahmed, AFP
Adrianos Golemis est le médecin de vol de l'ESA qui veille sur l'astronaute français Thomas Pesquet durant la mission SpaceX Crew-2. © Issam Ahmed, AFP

L'apesanteur a-t-elle d'autres effets ?

A. G. : Nous nous sommes adaptés à la vie avec une gravité terrestre (1 G). S'il n'y a plus ça, les veines de vos pieds vont continuer à envoyer du sang en direction de votre tête comme si vous étiez toujours...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura