Restaurateurs décidés à ouvrir le 1er février : "Il faut bien qu'on se fasse entendre"

·1 min de lecture

Répondant à l’appel d’un restaurateur du Doubs lancé sur les réseaux sociaux, plusieurs professionnels affirment qu’ils ouvriront leurs restaurants le 1er février. Objectif : faire entendre au gouvernement leur ras-le-bol et militer pour la réouverture de leurs établissements.

La réouverture tant espérée n’aura pas lieu le 20 janvier. Le Premier ministre Jean Castex a annoncé la reporter au minimum à mi-février. Pour certains restaurateurs, c’est la goutte de trop. “Je ne suis pas complotiste, je ne suis pas syndicaliste, je ne suis rien, je ne suis pas politique ! Je défends juste mon droit de liberté, donc laissez-nous travailler !”: sur une vidéo publiée sur son compte facebook début janvier, Stéphane Turillon, restaurateur dans le Doubs, appelle à ouvrir les restaurants le temps d’un service, le 1er février. Celle-ci comptabilise plus de 14 000 partages.Cette vidéo n'est pas le seul exemple du mécontentement qui traverse le monde de la restauration. Un événement Facebook intitulé “rest’ouvert” rassemble environ 1 000 participants et 2 200 intéressés. Un peu partout en France, des restaurateurs suivent le mouvement. Leur revendication est claire : reprendre le travail, et avoir plus de visibilité sur les mois qui arrivent. "On veut savoir quand on rouvrira"“Si ça continue, pour un grand nombre d’entre nous, c’est le dépôt de bilan”, gronde Stéphane Turillon. C’est lui qui a lancé le premier l’appel à rester ouvert le 1er février, “en voyant tous mes potes...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

"Je suis là parce que je meurs à petit feu" : les restaurateurs se mobilisent encore contre l'incertitude

À Marseille, manifestation de restaurateurs, cafetiers et gérants de discothèque : "La faim est proche"

Confinement : des restaurateurs assignent en justice leurs assureurs

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

Virée au château de Villers-Cotterêts, bientôt restauré pour être consacré à la langue française