Restaurants, stations de ski, lieux culturels ne digèrent pas les annonces du gouvernement

"C’était sûr", commente Alexandre Gazerian, jeudi 7 janvier. Devant son écran de télévision, le restaurateur vient de voir le Premier ministre Jean Castex annoncer que les restaurants et bars ne pourront pas rouvrir avant mi-février. Une décision qui l’exaspère. "Je pense qu’à un moment donné, les restaurateurs en ont ras le bol, ils vont monter au créneau et on va être les enfants terribles de la France. Et je pense qu’il ne faudrait pas qu’on en arrive là", prévient-il. Le monde de la culture ne comprend pas Jeudi 7 janvier, les lieux culturels restent pour la plupart fermés en France. Une décision que ne comprend pas Jeoffrey Bourdenet, directeur artistique du Théâtre Hébertot à Paris, à l’heure où des grandes enseignes sont ouvertes avec de nombreux clients qui se croisent en pleine crise sanitaire. "La prudence oui mais il faut qu’elle soit cohérente", estime-t-il. De leur côté, les stations de ski ne pourront toujours pas profiter des remontées mécaniques. Un vrai coup dur qui risque d’avoir un impact direct sur les réservations des vacances du mois de février.