Les restaurants fermés, des chefs prêtent main forte aux maraîchers

Il troque volontiers son uniforme chef étoilé pour une tenue tout-terrain de maraîcher. Christian Têtedoie met à profit le temps du confinement pour prêter main forte à son producteur de légumes, à Collonges-au-Mont-d'Or (Rhône). La fermeture de ses onze restaurants laisse du temps libre à cet ambassadeur des circuits courts et des produits locaux. Participer aux plantations pour changer de regard sur le métier Lui aussi en repos forcé, le chef lyonnais Éric Hubert vient goûter au travail agricole trois matinées par semaine auprès d'une maraîchère basée à Sainte-Consorce (Rhône). Elle est privée de main d'œuvre depuis le début du confinement. Pommes de terre, côtes de blettes ou échalotes : pour le cuisiner, participer aux plantations c'est aussi changer de regard sur le métier. Une expérience qui, à coup sûr, modifiera ses pratiques. Dès la réouverture de son restaurant, la carte fera désormais la part belle aux produits locaux.