«Nous ressentons un besoin impératif d’agir»

Libération.fr

Malgré l’hostilité du pouvoir, nombre d’associations œuvrent avec discrétion sur le terrain pour défendre les droits des Palestiniens ou pour les victimes de la guerre en Syrie.

Un peu plus de 33 000 associations de tout genre et de tout style sont enregistrées en Israël, mais la moitié d’entre elles sont dormantes. Ce qui signifie que leur seule activité consiste à transmettre un rapport annuel au Rasham Haamoutot, une branche du ministère de la Justice installée dans un immeuble austère de Jérusalem.

«Parias». A côté de quelques ONG «gauchistes», ainsi que les désigne le gouvernement qui les ostracise délibérément - celles qui dénoncent notamment publiquement les violations des droits des Palestiniens et l’occupation -, de nombreuses autres travaillent plus discrètement en fournissant une aide efficace. C’est par exemple le cas de Comet Middle East, une association israélo-palestinienne formant les villageois de Cisjordanie à l’usage des énergies renouvelables, aux méthodes d’épuration de l’eau, ainsi qu’à la production autonome d’électricité.

Composée de quelques centaines de femmes, l’organisation Machsom Watch («la surveillance des check-points») s’attache, elle, à perpétuer les contacts entre Israéliens et Palestiniens «qui n’ont quasiment plus l’occasion de se rencontrer». «Ce n’est pas facile tous les jours, mais nous n’acceptons pas d’être traitées comme des parias parce que nous voulons maintenir un lien d’humanité avec les Palestiniens, avance Raya Yaron, pilier de cette association. Malgré les campagnes gouvernementales anti-ONG, de nombreux Israéliens continuent de militer, y compris dans les plus décriées. Quelles que soient les prises de position de Nétanyahou et de ses ministres sur notre action, nous trouvons toujours de nouvelles volontaires, de nouvelles militantes désireuses de changer les choses à leur niveau.»

Plusieurs ONG israéliennes s’impliquent également dans les autres conflits. Depuis le début de la guerre civile syrienne en 2011, (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

La société civile frappée par l’ostracisme d’Etat
Le pape François recevra Donald Trump le 24 mai
Venezuela: les étudiants défilent contre le président Maduro
Obama, Algérie, sexe neutre, Tati : l'essentiel de l'actu de ce jeudi
Afghanistan: retour d’un ex-chef de guerre après 20 ans d’absence

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages