Responsable d'un centre d'accueil tué à Pau: le suspect était connu de la justice

Ambre Lepoivre
·2 min de lecture
Gérald Darmanin et François Bayrou à Pau ce vendredi. - BFMTV
Gérald Darmanin et François Bayrou à Pau ce vendredi. - BFMTV

Quelques heures après l'agression mortelle d'un responsable d'un centre d'accueil pour les réfugiés à Pau (Pyrénées-Atlantiques), Gérald Darmanin a fait part de "sa tristesse" et de la "solidarité du gouvenement (...) aux habitants de Pau" ainsi qu'au centre d'accueil où a eu lieu l'attaque.

Devant la presse, le ministre de l'Intérieur a indiqué vendredi en fin d'après-midi que le suspect était "un réfugié soudanais" qui était arrivé en 2015 sur le territoire national. "L'OFPRA avait d'abord refusé sa demande d'asile et la CNDA, la justice administrative, avait autorisé sa présence sur le territoire national".

"C'est un choc très important pour la ville"

Cet homme a "manifestement eu des démêlés avec la justice puisqu'il a été condamné à la suite d'une rixe à arme blanche", a poursuivi Gérald Darmanin, aux côtés du maire de Pau, François Bayrou. "Il a effectué sa peine de prison puis (...) a été convoqué deux fois par les services du ministère de l'Intérieur, dont une fois à la fin de l'année dernière", convocations auxquelles il ne s'est pas rendu.

Et c'est précisément parce que cet individu "devait quitter le territoire national, parce que l'OFPRA est revenue sur sa décision, qu'il est venu ici", a ajouté le ministre, pour qui le suspect n'avait pas, à sa connaissance, "de problèmes psychologiques".

"C'est un choc très important pour la ville, pour l'association", a ensuite réagi le maire de Pau François Bayrou, aux côtés du ministre de l'Intérieur.

"Nous avons vu l'émotion des collaborateurs qui vivent un double choc: d'abord parce qu'ils ont perdu leur collègue, et deuxièmement parce qu'ils l'ont perdu alors que leur rôle est précisément de s'occuper de ceux qui recherchent le refuge et l'asile. C'est leur vie de les prendre en charge et de les aider et c'est par l'un d'entre eux que leur collègue a perdu la vie", a-t-il poursuivi.

La victime, un chef de service au Centre d'accueil pour demandeurs d'asile (Cada) Isard COS, est un père de famille de 46 ans, mort peu après les faits. Son agresseur, un Soudanais de 38 ans, a été interpellé sans incident vendredi en fin de matinée. Choquée, une employée du centre de 47 ans, en "état de détresse pyschologique", a été transportée à l'hôpital de Pau, selon les pompiers des Pyrénées-Atlantiques.

Article original publié sur BFMTV.com