Non-respect des 35 heures : "C'est lié à la pénibilité" se défendent des agents municipaux

·1 min de lecture

La ministre de la Transformation et de la Fonction publiques, Amélie de Montchalin, était ce matin l’invitée d’Europe 1. Elle est notamment revenue sur les 35 heures bientôt obligatoires dans la fonction publique. A partir du 1er janvier 2022, aucun agent municipal ne devra travailler moins, sauf dérogation. Or, selon un rapport des préfets, la moitié des mairies ne respectent pas la règle et payent 35 heures des agents qui en travaillent moins. La ministre a dénoncé une forme d’injustice vis-à-vis des autres collectivités et a notamment pointé du doigt la mairie de Paris, La Rochelle ou encore Strasbourg, où les éboueurs justifient ce traitement d'exception.

>> LIRE AUSSI - Temps de travail des fonctionnaires : la droite parisienne s'en prend à Hidalgo

Les syndicats défendent leur dérogation

Claude est éboueur à Strasbourg. "Je fais 20 heures par semaine mais on est payés 35 heures", explique-t-il. Il touche "pas beaucoup, mais un peu plus que le Smic", 1.500€ nets par mois précisément. Il n'est pas le seul à travailler moins de 35 heures par semaine, comme le confirme Pierre Kuntzmann, le président de la Fédération autonome de la fonction publique territoriale. "Il y a une grande partie des agents qui travaillent moins, mais c’est lié à la pénibilité. Les éboueurs qui travaillent très tôt le matin ou les gens qui travaillent très tard le soir : des horaires atypiques", détaille-t-il.

>> LIRE AUSSI - L'Assemblée nationale donne son feu vert au Contrat d'engagement...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles