Réquisition de masques: la tension monte entre l'État et les élus locaux

Romain Herreros
Une employée de la Région Rhône-Alpes préparant des masques à destination des Ehpad. 

POLITIQUE - S’il est acquis que la guerre des masques est particulièrement féroce à l’international, la distribution de cet outil nécessaire à la lutte contre le covid-19 provoque également des tensions en France. Plus précisément, plusieurs élus locaux montent au créneau contre la réquisition de masques organisée par l’État

Alors que les exécutifs locaux s’organisent face à la crise et ont passé des commandes importantes d’équipements de protection, certains ont vu leurs stocks réquisitionnés par la préfecture du Grand Est. C’est notamment ce qu’a dénoncé Marie-Guite Dufay, présidente socialiste de la région Bourgogne-Franche-Comté qui pointe des saisies faites “sans concertation” par l’État.

“Jean Rottner (le président LR de la région Grand Est, ndlr) m’avait dit que j’aurais la priorité pour ma commande dans le cargo de dimanche sauf que, quand il est arrivé, l’armée était déjà sur place et on a vu que ce serait impossible”, a-t-elle déploré lundi 6 avril auprès de l’AFP.   

Également citée par l’agence de presse, la préfète du Grand Est, Josiane Chevalier, justifiait ces réquisitions par la nécessaire priorité accordée aux personnels hospitaliers, la livraison reçue (qui comprenait une part de masques pour l’État et une pour la région Bourgogne-Franche-Comté) étant plus réduite que prévue. “Afin d’honorer les commandes des collectivités, l’importateur nous informe avoir programmé deux nouvelles rotations aériennes qui devraient intervenir en fin de semaine”, assurait lundi soir la préfecture dans un communiqué. 

“Inadmissibles et abusives”

Des explications qui ne suffisent pas à calmer la colère de certains élus locaux. “Les réquisitions de masques auxquelles la préfète de la région Grand-Est s’est livrée hier sur l’aéroport de Bâle-Mulhouse sont purement inadmissibles et abusives. Il n’y a aucune volonté de polémique, aucune volonté d’instrumentalisation politique comme certains cherchent à le faire, mais la situation appelle chacun à la responsabilité et à...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post