Des requins qui s'entre-dévoraient au Miocène

·2 min de lecture

La prédation entre différentes espèces de requins est connue chez les spécimens actuels : on peut par exemple citer le fait que la grande roussette peut se nourrir de sa cousine, la petite roussette, ou que le requin-bouledogue est l'un des prédateurs du requin à museau pointu et du requin requiem sombre. Le cannibalisme intra-utérin a également été rapporté chez le grand requin blanc et chez le requin taureau. Ces données chez les espèces actuelles sont principalement apportées par l'analyse de contenus stomacaux frais, qui ne sont donc pas disponibles pour les espèces de requins aujourd'hui disparues. Il est par conséquent difficile de savoir, grâce au registre fossile, s'il existait des relations de prédation entre requins puisque la majorité des restes de requins éteints est composée de dents et de denticules dermiques.

Le cannibalisme intra-utérin a également été rapporté chez le grand requin blanc et chez le requin taureau

La présence de traces de dents de requins sur le squelette d'autres requins attestant de prédation active est donc extrêmement rare. Une étude parue dans le journal Acta Palaeontologica Polonica rapporte la découverte de quatre éléments vertébraux de carcharhiniformes fossiles au niveau de falaises dans le Maryland ainsi qu'en Caroline du Nord. Ces éléments sont des centra, ils constituent la majeure partie de la vertèbre et sont datés d'il y a 17,5 à 14 millions d'années en arrière, soit au Miocène. Deux dents de carcharhiniforme sont fermement implantées dans l'un de ces centra mais des marques de cicatrisation indiquent que le requin a survécu à l'attaque.

Deux dents de carcharhiniforme sont implantées dans le centrum d'un autre carcharhiniforme qui présente des marques de cicatrisation après la morsure. © Perez et al., 2021
Deux dents de carcharhiniforme sont implantées dans le centrum d'un autre carcharhiniforme qui présente des marques de cicatrisation après la morsure. © Perez et al., 2021

Sur un deuxième centrum, des marques de morsure indiquent que plusieurs requins se sont attaqués à la vertèbre ou que plusieurs parties d'une même mâchoire ont été utilisées lors de l'attaque. Des traces de dents de...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles