Congrès de l'UICN : requins et raies en danger critique d’extinction

·2 min de lecture

Au cours de son congrès à Marseille, l’UICN a publié une évaluation mondiale des populations de chondrichtyens, les poissons à cartilages. Une majorité de ces espèces est en voie de disparition.

Le bilan de l’état de santé des populations de requins, raies et chimères, les poissons à cartilages de la classe des chondrichtyens, est extrêmement mauvais, prévient l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) qui publie sa liste rouge de ces espèces ce lundi 6 septembre 2021 dans au moment où l’organisation vit son congrès quadriennal à Marseille. Des experts du monde entier ont évalué 1.199 espèces et en ont classé 391 dans les catégories de l’UICN. 90 ont été classées "en danger critique d’extinction", 121 "en danger", 180 "vulnérables". Les raies sont les plus menacées avec 41% des 611 espèces recensées en danger contre 36% des requins et 9% des 52 espèces de chimères connues. Les poissons scies, les grandes raies guitares, les diables de mer et les raies aigles pélagiques sont les quatre familles où l’ensemble des espèces répertoriées sont considérées comme menacées.

La moitié des espèces des zones tempérées sont en mauvais état de conservation mais la situation est pire dans les pays tropicaux où les trois quarts sont considérées comme en danger, voire au bord de l’extinction. Les chercheurs signalent ainsi que trois espèces des mers chaudes sont pour la première fois considérées comme "probablement éteintes" : soit la stingaree de Java (Urolophus javanicus), la raie torpille de la mer Rouge (Torpedo suessii) plus signalées depuis plus d’un siècle et aucun Carcharhinus obsolerus (surnommé Lost Shark, requin perdu) de la mer de Chine méridionale n’a été vu depuis 1934.

Des poissons aussi menacés que les batraciens

"Notre étude révèle que ces espèces constituent désormais l’une des lignées de vertébrés les plus menacées, juste derrière les amphibiens, prévient Nicholas Dulvy, professeur à l’Université Simon Fraser (Canada) dans le communiqué de l’UICN. L’épuisement généralisé de ces poissons, en particulier des requins et des raies menace la santé d’écosystèmes océaniques entiers et la sécurité alimentaire pour de nombreuses nations dans l[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles