La reprise des transports publics compliquée par la nécessaire distanciation

1 / 2

Déconfinement: une charte pour les transports en Île-de-France

Les recommandations du Conseil scientifique sont venues compliquer la donne pour les transports publics, alors que les opérateurs espèrent que le port du masque pourra les affranchir des règles de distanciation lorsque les passagers reviendront à la fin du confinement.

Le PDG de la SNCF Jean-Pierre Farandou a été l'un des premiers à poser publiquement le problème, lors d'une audition au Sénat le 15 avril. Dans les trains de banlieue d'Ile-de-France par exemple, a dit le dirigeant de la SNCF, "si on nous impose de mettre un mètre ou un mètre et demi entre chaque passager, avec 100% des trains on ne transporte que 20% de ce qu'on transporte d'habitude... Donc ça ne marche pas!"

Réduction des places de 60 à 80%

Garder ses distances dans un métro, un tramway ou un bus réduit la capacité maximale de 60 à 80%, selon les différents acteurs qui se sont exprimés sur la question depuis. Une gageure, alors que les Français devraient reprendre le chemin du travail ou des boutiques à partir du 11 mai. D'autant que les transports publics, souvent surchargés en temps normal, ne fonctionneront pas encore à plein régime.

Jean-Pierre Farandou a donc plaidé pour que l'obligation de porter un masque puisse lever à bord les règles de distanciation. "Il faudra un avis médical pour le confirmer", a-t-il remarqué, ce qui n'empêcherait pas de "renforcer l'application des règles barrières pour sécuriser complètement le dispositif". Et bien sûr de...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi