Reprise des messes : la classe politique divisée

·1 min de lecture

Alors que des rassemblements de catholiques réclamant le retour des messes ont eu lieu tout le week-end en France, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin doit recevoir lundi les représentants des principaux cultes. Depuis le reconfinement, les lieux de culte peuvent rester ouverts mais les cérémonies avec public sont interdites. 

A priori, aucun assouplissement n'est prévu avant le 1er décembre. L'éventuelle reprise de la messe malgré le confinement et l'épidémie de coronavirus divise la classe politique au-delà des clivages partisans.

>> EN DIRECT - Coronavirus : suivez l'évolution de la situation dimanche 15 novembre

Une "liberté fondamentale"

Le président du Sénat, Gérard Larcher, s'est prononcé dimanche pour une reprise des messes, dans le respect des "conditions sanitaires". "On est là sur une liberté fondamentale et le gouvernement doit y être attentif", a-t-il déclaré, invité de RTL-Le Figaro-LCI, appelant "au dialogue qui doit commencer [lundi] entre les cultes et l'exécutif". Alors que le Conseil d'Etat a maintenu il y a une semaine l'interdiction des cérémonies religieuses avec un large public, le président du Sénat "souhaite que cette position soit revue" car "nous arrivons en effet dans un temps important notamment pour la communauté chrétienne", l'Avent.

>> A LIRE AUSSIRassemblements "pour la messe" : l'Église catholique appelle ses fidèles à la patience

Quant à la mise en garde de Gérald Darmanin, qui n'hésitera pas à "envoyer les policiers et ...


Lire la suite sur Europe1