Des reports d’événements à cause des JO 2024 ? Les festivals s’inquiètent déjà

Le public lors de la 26ème édition du festival des Vieilles Charrues en juillet 2017.
FRED TANNEAU via Getty Images Le public lors de la 26ème édition du festival des Vieilles Charrues en juillet 2017.

FESTIVAL - Les Français pourront-ils retrouver le chemin des festivals en 2024 ? Le maire de Belfort, Damien Meslot (LR), s’est, lui, dit inquiet, ce mercredi 26 octobre, pour la tenue des Eurockéennes en 2024, après des propos du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin évoquant reports ou annulations de grands événements en raison des Jeux olympiques, prévus du 26 juillet au 11 août.

« Je suis très inquiet et surpris par l’annonce du ministre de l’Intérieur. Cela signifie donc qu’un pays comme la France n’est plus en capacité d’organiser de grands événements sans mettre à l’arrêt le reste du pays », a estimé le maire de Belfort dans un communiqué.

Évoquant au Sénat une mobilisation massive des forces de l’ordre, Gérald Darmanin a prévenu, ce mardi, que des événements culturels ou sportifs seraient « annulés ou reportés » durant les jeux de Paris, comme le Tour de France ou encore la braderie de Lille, programmée durant la période des Jeux paralympiques, qui se tiennent au 28 août au 8 septembre. « On ne va pas annuler tous les événements », a cependant tenu à préciser le ministre.

L’inquiétude des Vieilles Charrues

En réaction, Damien Meslot a évoqué le festival des Eurockéennes de Belfort, rappelant que cet événement musical, annulé deux années de suite, avait « beaucoup souffert » du Covid, après une année record en 2018. Celle-ci avait réuni 135 000 spectateurs.

La dernière édition, qui s’est tenue du 30 juin au 3 juillet, a été gâchée par un violent orage qui a fait sept blessés, et a contraint l’organisation à annuler deux soirées de concerts. Le maire a averti que la décision de Gérald Darmanin « pourrait mettre en péril nos grands festivals ». « À Belfort, nous sommes prêts à mobiliser toutes nos forces de sécurité pour permettre le maintien des grandes manifestations », a-t-il assuré.

Comme lui, le président du festival breton des Vieilles Charrues ne comprend pas. Dans les colonnes de Ouest-France, Jérôme Tréhorel trouve ça hallucinant. « Ici, on est dans une région où il n’y a aucun site olympique. Il faudra m’expliquer. Pour 2024, c’est impossible de décaler les Vieilles Charrues. Elles sont inscrites dans un planning d’organisation générale de festivals et nous avons des engagements avec des prestataires. Cela montre une méconnaissance de l’organisation de nos évènements », déplore-t-il.

Solidays et Rock en Seine, en janvier ?

Alors que l’organisation du célèbre Festival interceltique de Lorient (FIL) fait, elle aussi, part de son inquiétude dans Le Télégramme, Le Figaro nous apprend que certains grands événements parisiens, comme Solidays ou Lollapalooza, devraient avoir lieu entre janvier et avril, au lieu des mois de juin et juillet habituels.

Le patron de Rock en Seine attend des réponses. « Un festival en plein air est lié à la météo, à la disponibilité du lieu et des tournées des artistesOn ne peut pas le décaler de trois mois comme ça. Je n’ai pas eu les précisions espérées, explique-t-il au quotidien après s’être rendu à la préfecture des Hauts-de-Seine. J’ai huit salariés permanents. Ne pas avoir un Rock en Seine en 2024 équivaut à une perte de plusieurs centaines de milliers d’euros. » Plus d’un an avant les JO, la tension monte déjà. Et pas seulement à Paris.

À voir également sur Le HuffPost :

Lire aussi