Reporters sans frontières dénonce la suspension de deux médias centrafricains

·2 min de lecture

Reporters sans frontières (RSF) exhorte les autorités de Bangui à rétablir l’accès à deux sites centrafricains d’information suspendus depuis février dernier, sur décision du ministre des Postes et télécommunications. Il s’agit des sites « Corbeaux News » et « Le Tsunami ».

Dans une note datée du 16 février, que RFI a pu consulter, le ministre ordonne aux opérateurs internet de couper l’accès à ces deux sites « jusqu’à nouvel ordre », les accusant de « diffuser des propos haineux » et de fausses informations, sans plus de précision sur les articles litigieux.

Joint par notre correspondante en Centrafrique, Florence Morice, le responsable Afrique de RSF Arnaud Froger, dénonce une décision arbitraire, contraire aux procédures en vigueur dans le pays :

« D’abord, sur la forme, un ministre quel qu’il soit ne peut pas décider unilatéralement en dehors de toutes procédures légales en vigueur d’ordonner la suspension de deux sites d’informations, sans même motiver d’ailleurs sa décision de manière précise, en court-circuitant l'organe de régulation des médias, qui est seul habilité à prendre ce type de décision qui n’a absolument pas été consulté comme nous l’avons pu le vérifier, et sans même en informer les sites en question. »

Arnaud Froger questionne aussi les raisons qui ont poussés à cet ordre du ministre : « Puis, sur le fond, on peut aussi se poser la question des raisons de la suspension de ces deux sites d’information alors que la Centrafrique est plongée dans un regain de violences. Et effectivement ces deux sites et, ça, ce sont les soupçons de leurs deux dirigeants, ces deux sites ont largement documenté à la fois la présence et des exactions qu’auraient commises des groupes paramilitaires russes présents en Centrafrique. Et les Centrafricains, je dirais même le reste du monde, ont besoin de savoir ce qui se passe dans ce pays dans ce contexte difficile avec l’attaque de cette coalition de rebelles et aussi un processus électoral qui a été compliqué et qui a été contesté ».

►À lire aussi : Centrafrique: des experts de l’ONU alertent sur de possibles exactions «imputables» à des paramilitaires russes